Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« La campagne des européennes enfin lancée | Accueil | Publicité sur le service public et faux débats »

11 décembre 2008

Commentaires

Ben93

Votre article est faux.
Avec le découplage des aides, le soutiens par les prix n'existe plus, et c'est bien le prix mondial qui sert de référence.
A l'exception des quotas, la PAC est de nature libérale aujourd'hui, ce qui n'est pas pour vous déplaire. Rassurez vous d'ailleurs, les quotas disparaissent en 2015.
Et vous n'irez pas pleurer sur les producteurs de montagnes, ils ne vous intéressent pas.

Gus

Une observation : n'importe lequel des lecteurs de Publius peut vérifier, par exemple, par une requête sur "Prix du lait" dans Google l'exactitude de mes affirmations et des vôtres.

Par exemple, en s'intéressant aux négociations encadrées par .... le Ministère de l'Agriculture entre producteurs de transformeurs de lait :

http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Economie/Prix-du-lait-les-producteurs-mobilises-dans-l-ouest/(gid)/176207

qui me semblent fort éloignées d'un renoncement au soutien des prix par le découplage des aides. Mais, je vous le concède, le subventionnement direct à l'agriculture de montagne au titre d'un certain service public est désormais bien plus explicite qu'il ne l'était il y a deux ans.

Sur le fond, vous l'avez très bien compris, je remarque surtout que, défection de Rama Yade ou pas, l'UMP semble choisir une stratégie clientéliste pour maximiser son nombre de députés au Parlement Européen.

Ce qui est un peu trompeur, dans ce cas, c'est que l'influence des députés européens sur le processus est à peu près nulle. Quand aux autres pays européens, je suppose qu'ils ne seront pas assez stupides pour laisser à Mr Barnier les moyens d'un clientélisme avec lequel il pourrait d'ailleurs souhaiter rompre.

Mieux encore : le départ de Michel Barnier du ministère de l'agriculture augure à mon avis de jours bien plus sombres pour l'élevage de montagne que son éventuelle arrivée à la Commission Européenne.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.