Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Des nouvelles de la coordination transatlantique | Accueil | Réguler la finance mondiale : chiche ? »

16 octobre 2008

Commentaires

Julien

3 remarques:

- comme beaucoup de militants d'une certaine frange du paysage politique, vous critiquez vertement. Mais la vraie question est : qu'auriez-vous fait leur place, là maintenant? Même les branches les plus à gauche du parti socialiste reconnaissent la nécessité et l'utilité des actions des dirigeants européens et des banques centrales.

- une critique plus constructive me semblerait celle permettant de faire émerger, après le pic de la crise, un meilleur capitalisme, un meilleur système évitant les travers et les catastrophes que nous observons actuellement. Mais critiquer les mesures indispensables, même si elles peuvent heurter votre morale, à une sortie de crise, dont nous sommes encore loin d'ailleurs, ne même pas à grand chose, selon moi...

- en fait, j'ai compris, finalement, votre vraie tendance politique: vous êtes un anarchiste qui s'ignore (peut-être...)

Julien, de retour après quelques mois d'absence...

Gus

Je n'ai pas la faiblesse de m'imaginer me connaître assez pour me définir.

Je suis en effet d'accord avec vous : le choix de société consistant à confier aux financiers la mission de sauver une société capitaliste et libérale à la dérive a été un choix trans-partisan, choix certainement facilité en France par le fait que les théoriciens de ce modèle en europe étaient des haut fonctionnaires socialistes français (et notamment Delors, Attali, Lamy, Rocard, puis dans une moindre mesure, Fabius).

Quand à savoir ce que j'aurais fait, hé bien : je pensais qu'à m'exprimer avec constance contre la politique d'expansion incontrôlée de la masse monétaire, contraire aux objectifs fixés à la BCE, initiée par Win Duysenberg dès 2000 et ensuite maîtrisée tant que faire se peut ensuite par Trichet, mon opinion sur la question était claire. Quand à ce que je ferais maintenant, je pensais l'avoir écrit : "et puisque, quoi qu'il arrive, ce sera toujours le citoyen européen qui paiera au final une note dont l'addition s'annonce croissante avec le temps, autant essayer, chacun à notre niveau, de tirer le plus profit de la situation créée par les choix de nos politiciens.", car c'est un peu facile de confier les clés du navire au premier venu lorsque le bateau brûle.

Remarquez dans l'article suivant ma proposition très constructive en faveur d'un système fonctionnel : laisser leur chance à ces nations qui ne sont certes pas occidentales et qui se surcroit auront jusqu'alors eu l'outrecuidance de suivre la politique miroir de celle qui nous aura mené au désastre : plus clairement dit, fermer sa gueule, et demander humblement à la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud, et d'autres, de bien vouloir exprimer leur simple opinion sans chercher particulièrement à tenir compte de l'amour-propre de "nos" intellectuels faillis.

dg

- "comme beaucoup de militants d'une certaine frange du paysage politique, vous critiquez vertement. Mais la vraie question est : qu'auriez-vous fait leur place, là maintenant?"

Si je puis me permettre d'intervenir, ce n'est pas force d'avoir fait savoir depuis longtemps que les citoyens n'ont pas l'espace pour dire ce qu'il aurait été utile d'éviter, au devant de la foi du marché ...des caciques du libéralisme économique....'-)


Refonte totale des paradigmes économiques et politiques pour le moyen et long terme.
Contrôle démocratique des institutions financières, rien de moins.
Ce qui se présentait comme une médication contre les affres du collectivisme , ne se révèle qu'un effet de clystère dans le fondement des honnêtes gens...

dg

J'ajoute qu'à la fin, l'on se vide.

Aetius

@ Julien
3 remarques sorties de la bouche d'un pauvre type qui roule en voiture rouge, prend des musettes à la coke et va bouffer au Ritz avec mon fric !
Casse toi, pau'con et retourne en vacances.

@ dg
"Contrôle démocratique des institutions financières, rien de moins"
C'est risible !
Si on commençait par retransmettre en direct sur une chaîne publique les réunions de "nos élites" à Davos ?

dg

@Aetius,

Le bénéfice du rire c'est qu'il n'est pas antipathique.

Betty

I recently came across your blog and have been reading along. I thought I would leave my first comment. I don't know what to

say except that I have enjoyed reading. Nice blog. I will keep visiting this blog very often.


Betty

http://www.my-foreclosures.info

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.