Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Un témoignage tangible de l'influence de l'Union en Ukraine | Accueil | Ces bénévoles qui nous gouvernent »

18 septembre 2008

Commentaires

edgar

Hum... Pauvre Europe et méchants états.

Abandonnons l'Europe, laissons ceux qui veulent protéger leurs sols (Espagne, Hongrie si j'en crois l'article) les protéger, laissons ceux qui ne veulent rien faire (Allemagne, UK, France) ne rien faire, et on en reparle dans 15 ans.

Quel est l'intérêt de vouloir faire à 27 ? Pourquoi ne pas laisser aussi jouer la concurrence entre états et réglementations. Est-il vital de légiférer dans tous les domaines pour 450 millions d'habitants ?
N'est-il pas plus efficace, dynamique, utile, de laisser les états les plus avancés faire ce qu'ils ont envie de faire sans forcer ceux qui peuvent avoir d'autres problèmes (parfois légitimes) s'occuper de leurs priorités.

Jack le Castor

@ edgar :
"Pourquoi ne pas laisser aussi jouer la concurrence entre états et réglementations."

Que vient faire cette histoire de concurrence dans le sujet qui préoccupe Gus ici ???

Gus

Le détail itonique que je tenais à souligner est qu'on peut difficilement à la fois jouer du quatuor de langue de bois pour défendre l'action si souvent hypocrite d'un état donné en europe et l'action de l'europe elle-même.

La question se pose à mon avis tout particulièrement pour la presse, qui justifie par sa supposée liberté de prendre parti le besoin de financements publics. Si j'observe avec un réel plaisir quelques auteurs parvenir désormais à défendre le travail de l'Union dans la presse française, y compris contre son pire ennemi qui est souvent l'action de la majorité du jour, je m'interroge sur ce dont cette attitude, exceptionnelle, témoigne face au discours sur les affaires européennes majoritairement tenu par la meilleure presse et l'élite de la blogogosphère francophone.

La concurrence entre états et règlementations existe déjà grâce à la mondialisation, notamment financière. L'Europe l'organise en interne plutôt que de laisser ce travail au marché. Vous devez vous souvenir des magnétoscopes de Poitiers, non ? JE sous-entends à juste titre dans votre propos toute la difficulté qu'éprouve la France à imposer son modèle social au reste du monde. De mon côté, je m'interroge sur la viabilité de la stratégie américano-européenne d'imposer un modèle de société (capitalisme financier et libre-échange) au reste du monde.

edgar

Jack le castor, vous avez raison, mon commentaire ne répond pas à Gus, qui se soucie du poil dans la main de la presse (baobab ?).

Mais je saisissais l'occasion de signaler que ce processus de décision à 27 est imbécile (je propose une vraie fête européenne pour les 10 ans de discussion autour du thème doit-on baisser la TVA sur la restauration ?)


Gus

Ha si seulement ce processus imbécile et surtout, son imbécilité était mis à profit pour ce qu'il est pour redéfinir le rôle des subventions publiques à l'industrie de la presse.

Ho, pardon, en fait, c'est fait :-) Reste juste à appliquer l'esprit des accords européens (à supposer que cela soit plus efficace que laisser crever)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.