Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Référendum irlandais: les zozos attaquent | Accueil | Services publics, Europe, écologie, et opportunités de profit »

25 avril 2008

Commentaires

Péléan

La synthèse directe de cellulose ou sucres à partir de la lumière solaire par des bactéries est la seule voie imaginable en l'état de la science pour sortir d'une dépense aux ressources non-renouvelables.

Les végétaux, champions de la synthèse chlorophylienne, ont le défaut d'avoir évolué en s'accomodant d'une importante dépendance aux composés azotés dans le sol. Aujourd'hui, pour monter les rendements, on apporte dans le sol l'azote dont ont besoin les végétaux : demain, de ne sera plus possible à des coûts raisonnables. Il faut donc revenir en arrière dans l'évolution et créer, sans doute de toutes pièces, des formes de vie faisant le choix de la synthèse chlorophyliennes mais pas celui de la dépendance aux composés azotés. Et c'est, c'est de la grosse et belle science, qui devrait être financée publiquement vu l'enjeu : après tout, il s'agit juste de la survie de l'homme...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.