Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« "The Economist" is back : he's hungry, he hates vegetables | Accueil | La question du jour »

09 juillet 2007

Commentaires

article33

hier soir, la proposition d'une réflexion au niveau de l'eurogroupe a été rejetée. j'y vois personnellement une fin de non-recevoir (plutôt élégante) opposée à sarkozy sur ses vues de l'eurogroupe comme "anti-bce"....

*

L'Eurogroupe a eu l'intelligence de céder sur tous les points secondaires (mais déclarés essentiels par la presse française), et notamment, les apparences et la candidature de DSK, sans ne rien céder sur l'essentiel (respect des critères du pacte de stabilité v 2.0)

Simon

"indépendamment de l'intérêt des citoyens de la zone Euro"

Si déjà l'intérêt des citoyens étaient pris en compte, ce serait déjà pas mal (oui, je sais, la gauche a perdu, mais c'est pas une raison pour se taire). Par contre, je ne suis pas sur que les intérêts des citoyens de la zone Euro soient bien ceux défendus par la commission ou l'eurogroupe, et même en l'admettant, n'importe quel dirigeant européen privilégiera l'intérêt de son pays tel qu'il l'imagine, à celui hypothétique de l'Europe (ou de ses sous groupes de réflexions). Et ils ont été élus pour ça.

Souverainisme ? Sans doute, mais dans la mesure où l'Europe ne veux pas réguler, je préfère que l'Etat le fasse en France plutôt que de ne pas le faire, dusse-t'il déplaire au commissaire au marché intérieur, à la BCE, à Business Europe ou à l'OMC ...

Simon

"indépendamment de l'intérêt des citoyens de la zone Euro"

Si déjà l'intérêt des citoyens étaient pris en compte, ce serait déjà pas mal (oui, je sais, la gauche a perdu, mais c'est pas une raison pour se taire). Par contre, je ne suis pas sur que les intérêts des citoyens de la zone Euro soient bien ceux défendus par la commission ou l'eurogroupe, et même en l'admettant, n'importe quel dirigeant européen privilégiera l'intérêt de son pays tel qu'il l'imagine, à celui hypothétique de l'Europe (ou de ses sous groupes de réflexions). Et ils ont été élus pour ça.

Souverainisme ? Sans doute, mais dans la mesure où l'Europe ne veux pas réguler, je préfère que l'Etat le fasse en France plutôt que de ne pas le faire, dusse-t'il déplaire au commissaire au marché intérieur, à la BCE, à Business Europe ou à l'OMC ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.