Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Je ne suis pas fédéraliste | Accueil | Evènement microcosmique »

04 mai 2007

Commentaires

praesidentin.de

nous les Francais d Allemagne nous avons voté Dimanche contre le nationalisme : ROYAL 37 %, BAYROU 28 %, SARKOZY 25 %

Dimanche nous votons pour BECASSINE contre DRACULA.

Kal

@ praesidentin

Sur “l’erreur de la concrétude mal placée” (the fallacy of misplaced concreteness), vous pouvez voir

http://medias.blog.lemonde.fr/

En resumé : vous, première personne de politesse , avez voté pour des raisons qui vous sont propres, en faveur d'un candidat. Cela ne fonde en rien un collectif, les Français d'Allemagne, doué de volonté ayant voté pour les raisons que vous lui pretez.

Comme l'exemple pris pour illustrer cette erreur si facile et toujours tentante est plutot drole, je vous laisse le soin d'allez le découvrir

Sylvain Reboul

Pourrait-t-on savoir si NS, dans sa formule de mini-traité ratifié par le parlement, a l'intention de reprendre aussi l'énumération des droits fondamentaux, y compris les droits sociaux, inclue dans le TCE.

Si ce n'est pas le cas alors se posera un problème vis-à-vis des pays qui ont ratifié le TCE, compte tenu de l'affirmation de ces droits.

Gus

Sylvain, je vous avouerais ne pas être hélas assez proche de Nicolas Sarkozy pour savoir si, comme on peut à priori le penser, ce point fait partie de la marge de négociation que se laisse le désormais futur président.

Je crois cependant qu'en ouvrant la porte à des négociations autour de l'éventuelle réduction du champs de décision à l'unanimité, Nicolas Sarkozy ouvre indirectement bien des portes que des gouvernements européens tels que le Royaume-Uni et/ou l'Allemagne voudront certainement ouvrir.

Pour me faire l'avocat du diable, je me permettrais de remarquer qu'en pratique, la ratification par la France d'une de ces innombrables conventions internationales pleines de bons sentiments protégerait infiniment plus les droits fondamentaux des citoyens français que la construction européenne : on observera par exemple avec quelque amusement que la prise de conscience encore récente par l'actuel gouvernement du caractère quasi-irrévocable de ses obligations de scolarisation et maintien en scolarisation des enfants mêmes immigrés clandestins sur le sol français repose essentiellement sur la signature par la France de la convention internationale des droits de l'enfant ( http://www.globenet.org/enfant/cide.html : voir notamment l'article 28 ) et en aucun cas de quelque avancée de la construction européenne.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.