Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Directive services : qui a voté quoi ? | Accueil | Interdit de faucher »

27 février 2006

Commentaires

Candide

Petite anecdote sur le service public à la française :

Ca ce passe en France, à la gare de Lyon en cette claire matinée du 1er mars où la température flirte avec le zéro et où quelques flocons épars ont saupoudré les voies.


Départ grandes Lignes. Tous les TGV sont annoncés avec du retard, causé par ces intempéries.

Après 1 heure d’attente la rame pour Dijon se met en place. Lé départ est imminent à 11h30 quand la voix du contrôleur précise qu’en raison du mauvais temps le conducteur n’a pu parvenir jusqu’à la gare. Le départ est retardé sine die.


Le train est immobilisé, 800 passagers condamnés à attendre que le salarié le plus choyé de la SNCF daigne quitter son cocon douillet pour affronter les rigueurs d’un hiver où il fait à tout casser moins 1degré.


C’est ça le service public que la gauche et les syndicats veulent préserver à tout prix. C’est vrai que faire rouler un TGV quand il fait chaud l’été, ou quand il fait froid l’hiver dérogerait au principe de précaution bien utilement rajouté à la constitution.

Simon

Moralité de l'histoire précédante : les retards de trains font chier ...

Cela dit, et pour pratiquer une élévation du débat, je ne suis pas sur quela concurrence sur le marché entrainerait une amélioration du service, vu que l'infrastructure resterait la même, quand à la concurrence pour le marché, ce n'est qu'un monopole renouvelé e plus souvent (car il y a des frais d'entrée sur le marché qui ont pour effet de limiter la concurrence). Je ne vois donc pas en quoi le monde idéal et pur du libéralisme débridé permettrait de répondre à ce problème.

Maître bougui

Cher Maître Candide

Votre doux pseudonyme vous va à ravir.

Bien à vous.

niark niark

surtout qu'à la limite, le conducteur de train employé par une entreprise privée qui, sous prétexte qu'il vient de recevoir une meilleure offre d'emploi, stoppe son train au milieu de la voie pour courir vers sa nouvelle vie n'a en pratique pas grand chose à craindre tant qu'il existe un employeur susceptible de l'employer.

alors qu'un conducteur de TGV de la sncf risque d'avoir du mal à se recaser dans le privé, par contre

hmmm

En même temps, la concurrence entre des compagnies de train, c'est pas exactement praticable... Sauf à construire n voies côte à côte.

Ce qui paraît une dépense inutile pour le même résultat.

Antoine (Sauvons l'Europe - Sciences Po)

Bonjour, le collectif Sauvons l'Europe-Sciences Po organise une conférence débat sur le thème de l'Europe des services (Bolkestein, SIG-SIEG...) jeudi 18 mars à 19h15 à l'IEP Paris. Plus d'informations sur http://slesciencespo.canalblog.com/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.