Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Les ratifications... et après ? (2.0) | Accueil | Le non français fait aussi des heureux »

31 mai 2005

Commentaires

Quoique

Un grand ministère de l'Europe, ça s'est une bonne idée

cath

>>Ce qui est le plus stupéfiant, c'est que la majorité regarde, amorphe, le nauffrage du gouvernement, et donc son propre nauffrage>Il y a suffisament de députés de droite à l'assemblée nationale pour qu'ils prennent le risque de se déchirer un peu<<

c'est déjà fait, ils ont choisi sarkozy contre l'avis de chirac, donc fin du déchirement.

Damien

J'ai aussi beaucoup de mal à voir l'intérêt de ce nouveau gouvernement. Je suis sûr que demain on va voir les mêmes têtes que dans le gouvernement Raffarin, à des postes différents. Franchement, est-ce qu'un jeu de chaises musicales est vraiment ce dont la France a besoin actuellement ?

Ce qu'il y a de plus inquiétant, c'est que Chirac semble envoyer le signal qu'il n'a personne d'autre à proposer aux Français. Que la classe politique se résume bel et bien à une vingtaine de personnalités à droite (mais c'est pareil à gauche - ce n'est pas le problème). Comme s'il n'y avait pas de compétences ailleurs pour relancer la machine. Très inquiétant quand l'analyse sociologique du vote indique très clairement qu'il a notamment été motivé par une coupure entre les classes populaires et les "élites". Si les "élites" ne sont même plus capables de se renouveler, ce n'est vraiment pas rassurant pour l'avenir.

Quoique

Sommes nous dans un royaume ou une république, franchement je ne sais plus.

cath

>>Ce qu'il y a de plus inquiétant, c'est que Chirac semble envoyer le signal qu'il n'a personne d'autre à proposer aux Français<<

en 2007, zizou sera libre, il aura mis fin à sa carrière.
sans déc', si coluche était de ce monde, il serait élu en 2007.

Praxis

Personne ne voit l'essentiel, c'est pas croyable ! Sarkozy va maintenant impulser la politique, au travers de l'UMP, dont les décisions et orientations seront maintenant suivies. Il obtient tout ce qu'il veut.

"Nicolas Sarkozy devrait en effet être nommé ministre de l'Intérieur, ministre d'Etat et numéro deux du gouvernement, tout en restant président de l'UMP."

"Comme l'on sait qu'il y a deux postes stratégiques pour préparer une campagne présidentielle –tenir la place Beauvau et contrôler un grand parti– on en déduira que celui qui prétendrait se présenter (ou se représenter) à l'Elysée contre Nicolas Sarkozy se prépare à de grosses difficultés. Si l'on ajoute que le même président de l'UMP appelait dès dimanche soir à un «tournant majeur dans nos politiques économiques et sociales»"... on comprend très bien à quel avenir se prépare la France pour l'horizon 2007 : un vrai modernisme libéral, une vraie politique de l'offre (tous au travail !), une vraie libéralisation des services publics.

fmi1

@Praxis : "un vrai modernisme libéral, une vraie politique de l'offre (tous au travail !), une vraie libéralisation des services publics."

Les manifs, les grèves... t'as entendu causer ? (y'a pas qu'les blogs dans la vie)

cath

>>Personne ne voit l'essentiel, c'est pas croyable ! <<

mais si on voit!
je prédis même que l'on va voir 10 ans de sarko.
comme ça on arrêtera de dire que chirac a fait une politique libérale, on verra la différence.
les protestations cntre les actions du gouvernement ont montré, sur les retraites, qu'un gouvernement ferme fait passer ses mesures. et on a vu ausi que l'absence de justice dans l'effort était pénalisante (exemple du lundi de pentecôte). donc sarko a un boulevard pour faire passer de vraies réformes, si ça lui chante.

Praxis

@ fmi1 :

Rêve mon petit bonhomme ! Seul compte le résultat. Sarko aura des résultats, très rapidement. Ce qui lui ouvrira la voie présidentielle sans trop de difficultés. Il est malin le bonhomme : il n'a pas besoin de faire trop de vagues pendant 2 ans. Ensuite, il aura beaucoup de pouvoir et de latitude pour exercer son mandat libéral.

@ cath :

12 ans de Sarko, les deux ans jusqu'en 2007 plus les deux mandats suivants.

fmi1

@ cath

"donc sarko a un boulevard pour faire passer de vraies réformes, si ça lui chante."

Vu le climat social, j'en doute. Je suis même sûr qu'il va la jouer beaucoup plus fine que ça : il n'a pas envie de finir comme Juppé (en 1995). Il va nous refaire le coup "bleu marine partout" devant les caméras, en commençant par Perpignan. Il va se démerder pour que de Villepin assume toutes les mesures impopulaires. Et si le chômage baisse (démographie ?), il dira que c'est grâce au climat de confiance qu'il a su créer. Donc, on peut quand même se le taper 5 ans, je suis d'accord avec vous.

PS : c'est pas parceque un gouvernement "ferme" a fait passer la réforme des retraites que ça va continuer. Faudrait ouvrir un peu les livres d'histoire, sortir et voir l'ambiance actuelle...

SylyS

@Damien:
"Très inquiétant quand l'analyse sociologique du vote indique très clairement qu'il a notamment été motivé par une coupure entre les classes populaires et les "élites"."

Indeed, je dirais même plus que, quand la France envoie une claque énorme à toutes les élites, et que le président, en réaction, nomme un premier ministre qui n'a jamais daigné se présenter à une élection, c'est à la limite du loufoque !


@Praxis:

"Personne ne voit l'essentiel, c'est pas croyable !"

Attention, tu prends des intonations nonistes =)

fmi1

@ Praxis

"Rêve mon petit bonhomme ! Seul compte le résultat. Sarko aura des résultats, très rapidement."

Je ne sais pas si c'est un rêve (je ne rêve pas spécialement du bordel, ni à la violence), mais c'est une certitude pour moi que les gens ne se laisseront pas faire, comme j'étais sûr depuis 2 mois que le TCE ne passerait pas (pour à peu près les mêmes raisons : ras le bol de se faire empaffer).

Sinon, sur l'analyse de la stratégie de Sarko je te rejoins (comme quoi...), il va la jouer fine (au moins jusqu'en 2007), mais c'est les autres qui feront des conneries : tu sais, l'étincelle, le feu, la poudre... tout ça...

cath

>>Je suis même sûr qu'il va la jouer beaucoup plus fine que ça : il n'a pas envie de finir comme Juppé (en 1995)<<

et moi je dis qu'il va la jouer churchill : du sang et des larmes, mais la victoire au bout.
et il va jouer sur le fait que ce qu'il va proposer ne ressemble pas à ce qui a échoué pendant plus de 20 ans.

Fulcanelli

De la fracture sémiotique au chaos politique (il n'y a aucune issue pour la France)

Les récentes élections américaines ont montré des sectorisations électorales de grande ampleur. La configuration du scrutin du 29 mai 2005 se caractérise également par une fracture des votes, ne serait-ce qu’avec le différentiel entre les grandes villes, les zones périurbaine, notamment à populations modeste ou pauvre, les zones rurales. Effet de tectonique des population avais-je dit. Ici en France, on y arrive aussi. Les récents événements intercommunautaires à Perpignan ont laissé entendre que ce séparatisme social serait favorisé par les politiques. Les différences économiques font le reste. Une société, des communautés, des classes et des individus. Les gens ne se comprennent pas. Fracture sémiotique, voilà la marque de fabrique de ce scrutin. Les individus discutent et réfléchissent au sein de leur camp. Même entre frère et sœur des incompréhensions se dévoilent. Que dire des familles et des couples ? Et de la France en souffrance ! En un mot, chaos du sens, chaos idéologique, chaos social et politique, le tout pas forcément visible mais dans les consciences, c’est fragrant. Les manœuvres des grosses pointures sont difficile. Chirac doit affronter la fracture entre le gouvernement et le peuple. Le PS soit affronter une crise majeure. Tout est complètement incohérent. Au PS, on stigmatise la non dissolution de l’Assemblée nationale par Chirac, mais François Hollande qui n’est plus représentatif de l’électorat du PS ne veut rien lâcher et s’entête dans un déni de représentation, bénéficiant soi-disant d’une popularité parmi les militants et quand bien même ce serait vrai, on ne demande pas à un politique d’être populaire parmi ses supporters. Un chef politique n’est pas un entraîneur de foot. Il doit adhérer aux aspirations du courant qu’il représente dans la société. Ou alors se prévaloir d’une vision affirmée et solide. Hollande, c’est du caoutchouc idéologique ! Chirac, il a fait pareil. Au de lieu de prendre un temps de réflexion, il se précipite pour nommer un gouvernement dans l’urgence. Mais il n’y a pas d’urgence. C’est dans six mois que l’abcès risque de crever.

Je viens de causer avec mon coiffeur. Son avis est intéressant. Le coiffeur c’est un peu comme le chauffeur de taxi, il a des antennes. Et cette fois, il m’a confié qu’il était animé par un sentiment de révolte, pour le première fois de sa vie. Il voit ses deux gosses, tristes, sans espoir, dépités, l’aîné travaillant 14 heures par semaine comme manutentionnaire d'appoint. On vit comment avec ça ? Il ne faut pas oublier que le vote des adultes en âge de travailler (les actifs) frôle les 60 %. Les mails circulant chez les activistes du Non de gauche présentent quelques relents insurrectionnels (dans le sens soft, traduire mouvement social). Je ne sais pas quoi penser. La situation pourrait se révéler plus instable que dans l’après-68. Quant à l’UDF, il reste en retrait, ajoutant à la crise.

Résumons. Les sociétés et notamment la France tendent vers une accentuation de la crise, essentiellement économique. Le système est devenu fou et tend à détruire une partie de la société. C’est une option prise depuis quinze ans (voir Allais). La vérité est qu’il n’y a plus de marge de manœuvre, la gestion de l’euro par la BCE empêche d’agir avec efficace. La structure technologique du système a changé. Les désirs humains sont incontrôlables, surtout de la part des classes supérieures. Il n’y a pas de levier pour diminuer le chômage. Le système est planté. Je répète, le système est planté (non, c’est pas radio Londres que j’imite)

Il n’y a aucun moyen de sortir de l’impasse. Le gouvernement arrive au seuil maximum des contradictions sociales. Ni le modèle libéral britannique ni le modèle social français, ou allemand, ne sont en mesure de relever le pays.

La France part dans un mur

La France part dans un mur

La France part dans un mur

Il n’y a pas d’issue possible et l’automne 2005 pourrait se révéler plus dur que l’automne 1995. Quand aucun modèle ne fonctionne il faut en inventer un autre. Qui fasse double emploi, plan de sauvetage et porteur d’espérance. Il n’y a qu’une seule issue, changer la gestion de la monnaie européenne. Ce ne sont pas les Français qui ont tué l’Europe, ce sont ceux qui ont pensé la construction européenne avec des idées quasi-délirantes de puissance et de croissance.

La situation n’est pas sans rappeler les années 1930. Avec une gauche avatar du front populaire, une droite souverainiste dans le prolongement de l’action française. Qui dans le rôle de Daladier ? Sarkozy ? Il y a une situation d’urgence à changer la politique économique européenne et quelques autorités nous disent que rien ne se fera dans 15 ans. Eh bien le crash arrivera avant et Chirac entrera dans l’Histoire comme le chef des munichois du Deal antisocial mené avec les technocrates européens contre la volonté des Français de changement radical.

C’était une minute de lucidité pessimiste mais à mon avis, la situation bien que grave, est sans commune mesure avec 1938. Avec des bonnes volonté et des âmes résistantes, on peut tout à fait contrer ce gouvernement d’opérette qui croit encore qu’avec des incantations et quelques hommes providentiels on peut redresser la France. Non, on ne fera pas travailler les gens pour moins de 1000 euros par mois.

quibou

"ont laissé entendre que ce séparatisme social serait favorisé par les politiques."

c'est une nouvelle ça ;o)


"Tout est complètement incohérent."

Oh que oui.
c'est terrifiant et très excitant : l'espoir se dispute le morceau avec l'angoisse. Y'avait intérêt à être un peu préparé.



fraisouille

LE MATCH DE CATCH VILLEPIN/SARKO VA COMMENCER.

LES AMATEURS DE CATCH VONT SE REGALER.

Ergonaute

Youpi, pas la peine d'organiser les présidentielles 2007. Faites tailler le costume pour Sarkozy. En plus, ça nous libérera deux dimanche ... et le barbecue du dimanche, c'est sacré.
Quoique, non, organisons-les ces élections juste pour voir qui sera au deuxième tour ... le PS (oui, je sais, je suis un gros plaisantin), LePen (le plus pausible sauf si le grand borgne casse sa pipe auparavant), ou une coalition guichetière à la retraite/facteur en exercice ...

Sacré Jacquot va, tu nous aurais fait rire (jaune) de bout en bout. De Muruora pour nous mettre bien avec la communauté internationale à Villepin pour incarner le rassemblement national, ton douzainat aura au moins fait le bonheur des amateurs de bonnes blagues.

Marco

Bonjour, ce serait possible de mettre un "s" à "hérault", perso çà me gêne un peu une faute pareille dans cette assemblée distinguée
Amicalement

kinglear


je ne comprends pas vraiment la décision de Sarkozy.Si l'on brigue la présidence ,on pren du recul,on médite ,mais on se tient en retrait de la vie politque.Il va sebrûler les ailes;

Benoit

Marco: Le mot "hérault" est normalement disponible dans un bon dictionnaire près de chez toi.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.