Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Du droit de pétition | Accueil | Révision »

02 mai 2005

Commentaires

Eviv Bulgroz

C'est exactement comme ceux qui font semblant d'être décu depuis son 82 % :-)

Non il n'a pas été élue pour mener une politique de gôche, et il n'ira pas négocier un traité constitutionnel de gôche (notion qui fait peur si on est démocrate en passant : pourquoi graver dans le marbre une politique -prétendument on a bien compris que je dénonce une imposture à cet égard, ouf-) donc graver dans le marbre une politique prétendument de gôche dans le traité. Ce serait largement aussi scandaleux que si ce traité gravait dans le marbre la politique tatchérienne que certains font mine de dénoncer. Et il n'existe aucune majorité en France ou bien dans l'anti-France pour ratifier cela.

Jacques Vassieux

Bonsoir,

Je suis du Front National et j'en suis fier. Et , bien sûr je vais être heureux de voter et de faire voter NON. Pourquoi ? Parce que je préfère la FRANCE indépendante, souveraine et libre qu'une France inféodée et sous la coupe de Bruxelles... et pour mieux m'en convaincre il m'a suffit de relire l'appel de Chirac... Tout y est, toutes les bonnes raisons qui vont me faire voter NON sont parfaitement explicitées dans ce document tellement clair et convaincant, cet appel de Cochin. Petit rappel pour vous les oui-ouistes ? Voilà, il n'y a qu'à demander... bonne lecture et excellente méditation.
Texte de l'Appel de Cochin :
Il est des heures graves dans l'histoire d'un peuple où sa sauvegarde tient toute dans sa capacité de discerner les menaces qu'on lui cache.

L'Europe que nous attendions et désirions, dans laquelle pourrait s'épanouir une France digne et forte, cette Europe, nous savons depuis d'hier qu'on ne veut pas la faire.

Tout nous conduit à penser que, derrière le masque des mots et le jargon des technocrates, on prépare l'inféodation de la France, on consent à l'idée de son abaissement.

En ce qui nous concerne nous devons dire NON.

En clair, de quoi s'agit-il ? Les faits sont simples, même si certains ont cru gagner à les obscurcir.

L'élection prochaine de l'Assemblée européenne au suffrage universel direct ne saurait intervenir sans que le peuple français soit directement éclairé sur la portée de son vote. Elle constituera un piège si les électeurs sont induits à croire qu'ils vont simplement entériner quelques principes généraux, d'ailleurs à peu près incontestés quant à la nécessité de l'organisation européenne, alors que les suffrages ainsi captés vont servir à légitimer tout ensemble les débordements futurs et les carences actuelles, au préjudice des intérêts nationaux.

1. Le gouvernement français soutient que les attributions de l'Assemblée resteront fixées par le traité de Rome et ne seront pas modifiées en conséquence du nouveau mode d'élection. Mais la plupart de nos partenaires énoncent l'opinion opposée presque comme allant de soi et aucune assurance n'a été obtenue à l'encontre de l'offensive ainsi annoncée, tranquillement, à l'avance. Or le président de la République reconnaissait, à juste raison, dans une conférence de presse récente, qu'une Europe fédérale ne manquerait pas d'être dominée par les intérêts américains. C'est dire que les votes de majorité, au sein des institutions européennes, en paralysant la volonté de la France, ne serviront ni les intérêts français, bien entendu, ni les intérêts européens. En d'autres termes, les votes des 81 représentants français pèseront bien peu à l'encontre des 329 représentants de pays eux-mêmes excessivement sensibles aux influences d'outre-Atlantique.

Telle est bien la menace dont l'opinion publique doit être consciente. Cette menace n'est pas lointaine et théorique : elle est ouverte, certaine et proche. Comment nos gouvernants pourront-ils y résister demain s'ils n'ont pas été capables de la faire écarter dans les déclarations d'intention ?

2. L'approbation de la politique européenne du gouvernement supposerait que celle-ci fût clairement affirmée à l'égard des errements actuels de la Communauté économique européenne. Il est de fait que cette Communauté - en dehors d'une politique agricole commune, d'ailleurs menacée - tend à n'être, aujourd'hui, guère plus qu'une zone de libre-échange favorable peut-être aux intérêts étrangers les plus puissants, mais qui voue au démantèlement des pans entiers de notre industrie laissée sans protection contre des concurrences inégales, sauvages ou qui se gardent de nous accorder la réciprocité. On ne saurait demander aux Français de souscrire ainsi à leur asservissement économique, au marasme et au chômage. Dans la mesure où la politique économique propre au gouvernement français contribue pour sa part aux mêmes résultats, on ne saurait davantage lui obtenir l'approbation sous le couvert d'un vote relatif à l'Europe.

3. L'admission de l'Espagne et du Portugal dans la Communauté soulève, tant pour nos intérêts agricoles que pour le fonctionnement des institutions communes, de très sérieuses difficultés qui doivent être préalablement résolues, sous peine d'aggraver une situation déjà fort peu satisfaisante. Jusque-là, il serait d'une grande légèreté, pour en tirer quelque avantage politique plus ou moins illusoire, d'annoncer cette admission comme virtuellement acquise.

4. La politique européenne du gouvernement ne peut, en aucun cas, dispenser la France d'une politique étrangère qui lui soit propre. L'Europe ne peut servir à camoufler l'effacement d'une France qui n'aurait plus, sur le plan mondial, ni autorité, ni idée, ni message, ni visage. Nous récusons une politique étrangère qui cesse de répondre à la vocation d'une grande puissance, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et investie de ce fait de responsabilités particulières dans l'ordre international.

C'est pourquoi nous disons NON.
NON à la politique de la supranationalité.
NON à l'asservissement économique.
NON à l'effacement international de la France.

Favorables à l'organisation européenne, oui, nous le sommes pleinement. Nous voulons, autant que d'autres, que se fasse l'Europe. Mais une Europe européenne, où la France conduise son destin de grande nation. Nous disons non à une France vassale dans un empire de marchands, non à une France qui démissionne aujourd'hui pour s'effacer demain.

Puisqu'il s'agit de la France, de son indépendance et de l'avenir, puis qu'il s'agit de l'Europe, de sa cohésion et de sa volonté, nous ne transigerons pas. Nous lutterons de toutes nos forces pour qu'après tant de sacrifices, tant d'épreuves et tant d'exemples, notre génération ne signe pas, dans l'ignorance, le déclin de la patrie.

Comme toujours quand il s'agit de l'abaissement de la France, le parti de l'étranger est à l'oeuvre avec sa voix paisible et rassurante. Français, ne l'écoutez pas. C'est l'engourdissement qui précède la paix de la mort.

Mais comme toujours quand il s'agit de l'honneur de la France, partout des hommes vont se lever pour combattre les partisans du renoncement et les auxiliaires de la décadence.

Avec gravité et résolution, je vous appelle dans un grand rassemblement de l'espérance, à un nouveau combat, celui pour la France de toujours et l'Europe de demain.

Retrieved from "http://wikisource.org/wiki/Appel_de_Cochin"

babr

désolé. là aussi, comme pour Fulcanelli, j'ai essayé d'aller plus loin que la première phrase (qui m'a déjà sérisuement amoché), mais j'ai vraiment eu du mal. (j'ai rapidement parcouru) mais là, j'avais envie de vomir.

merci de faire la pub pour le OUI..... et de nous dégouter du NON

Jack le Castor

Moi, je ne suis pas allé plus loin que la première phrase : je veux encore me laisser une petite chance de voter "non" ;)

Gaelin

Tient , il devient quoi Fulcanelli? Au fait , si tu me lit , c'est quoi ton boulot fulca?

michel

Merci à Jacques de rendre malades les collabos... Ca c'est du bon boulot ! Qu'ils crèvent les oui-ouistes et les gôchistes... Cela fera de la polution en moins !

abstruc

babr> et qui te dis qu'il le fera ?

Ce à quoi on peut répondre "et qui te dis qu'il ne le fera pas ?" Mais là dessus on peut tourner longtemps.

Mais, c'est quoi votre credo ? Vous trouvez que les hommes politiques ne font pas la politique souhaitée par le peuple ? Que Chirac, tous ses analystes et tous ses stratèges vont préférer contenter un Dupont Aignan qui représente 3 tondus à l'UMP que d'écouter ce qu'ont voulu dire les français ?
Pourquoi pas ? C'est sa responsabilité. Mais y a pas intérêt qu'il revienne demander à la gauche de voter pour lui pour le sauver d'un Le Pen ou d'un Sarkozy dans 2 ans !

Mais vous manquez de logique : d'un côté, si on vote Oui, vous nous dites que les politiques vont être obligés de mettre en oeuvre ce qu'on leur demande ; et il ne faut pas voter non, car ils risquent de pas mettre en oeuvre ce qu'on leur demande.

et moi, et beaucoup, nous ne demandons pas une renégociation inclinant à gauche ou pas : Nous souhaitons que les parties politiques du TECE soient retirées.

Enfin, babr, vous êtes en train de vomir devant un texte de Chirac ! LOL jaune ... Et même si c'était un texte du FN, il ne faut pas vomir : on ne combat bien que ce que l'on connaît. Comment voulez-vous lutter contre le FN en ignorant ce qu'il dit ? C'est exactement la politique de l'autruche conduite par nos dirigeants depuis 30 ans et qui nous a conduit là où on est aujourd'hui : ignorer les arguments du FN et donc répondre à côté. Vous imaginez un général conduire une bataille en ignorant tout des positions ennemies ?

Paule

Bonjour,

C'est vrai que toutes les vérités ne sont pas bonnes à entendre...pour les complices du marché de dupes que l'on veut faire accepter aux français ! Oui, moi aussi je vais voter NON ! Un NON raisonné parce que raisonable et en prime, je n'avais pas encore franchi le pas mais là avec tous les mensonges que je lis, je vais le faire : JE VAIS ADHERER AU FRONT NATIONAL, avec joie !

babr

vous vous méprenez, abstruc. je dis justement que j'ai essayé de lire le texte , au delà de la première ligne, justement pour comprendre, connaitre les arguments de mes adversaires.
mais ce discours est haineux, asciste. et me donne envie de vomir. mais j'ai quand meme fait un effort.
par contre, votre argument marcherait envers jack , qi lui ne l'a pas lu.

quantb aux possibilités d'actions des politique, je ne vous comprends pas. je disais juste que je n'ai pas confiance en Chirac, vu le nombre de fois où il a retourné sa veste, changé de position. quand bien meme, je ne le vois pas tenir un discours de gauche dnas une négociation, si renégociation il y a. quant aux autres politiques, je crois au OUI pare qu'il permettra à la gauche européenne, si elle arrive au pouvoir, de faire une politique de gauche. de meme que pour la droite.
il suffit pour ça d'élire des hommes politiques selon leur programme. sauf que là, il n'ets pas question de programme précis. Le non n'a pas d'unité, de programme à défendre. Chirac a donc la liberté de défendre la position du NOn qu'il veut.

de plus, Chirac ne m'étonnerai pas beaucoup s'il défendait les positions souverainstes de la droite plutot que celles du NOn de gauche. au nom de quoi qqn de droite défendrait il des positions de gauche ?

je ne pense pas que dans cette rengéociation , Chirac puisse etre juge et partie. juge = au dessus des Français,, chargé de défendre la position, quelle quelle soit de la France. et partie : s'étant affiché pour le OUi

Jack le Castor

@babr
"par contre, votre argument marcherait envers jack , qi lui ne l'a pas lu."

Ma remarque était surtout une boutade. ;)
Et c'est vrai que je ne l'ai pas lu, mais c'est surtout parce-que j'avais autre chose à faire à une heure si tardive...

"quantb aux possibilités d'actions des politique, je ne vous comprends pas. je disais juste que je n'ai pas confiance en Chirac, vu le nombre de fois où il a retourné sa veste, changé de position. quand bien meme, je ne le vois pas tenir un discours de gauche dnas une négociation, si renégociation il y a."

Blair a bien soutenu les positions des conservateurs lors de la Conférence Intergouvernementale...
S'ils veulent que le texte soit approuvé par le Peuple, ils vont bien être obligés de tenir compte des attentes du Peuple lors des négociations (y compris si ces attentes sont différentes de leurs propres idées...)
C'est vrai que les arguments contre le Traité sont très hétéroclites, que certains se valent, mais que d'autres sont abscons. Et surtout que tout le monde n'a pas les mêmes raisons de rejeter le texte.
Aux dirigeants politiques de ne pas se tromper pour faire valoir les aménagements possibles qui permettraient un consensus plus large permettant de faire approuver le nouveau texte.
Et ceci est relativement indépendant de la couleur politique des "renégociatieurs"...

raimu

En tant que sympathisant du Front je ne trouve pas sa campagne pour le non au traité dynamique en effet.

Il serait dangereux que l'europe se fasse en niant ses racines chrétiennes (Qui ne sont pas mentionnées dans le traité malgrés les demandes de la droite nationale et de la droite polonaise) et qui améne à plus d'europe là où je ne souhaite que la France.

Non nationaliste ou non de gauche je m'en fiche tant que le non est majoritaire dans ce pays.

Jean Paul 4

ô entrez dans l'Espérance !
ô entrez en Résistance !
Refusez la fatalité !
N'écoutez pas les bobars des babars !

Disez NON ! NON ! NON !

Ils ont beau verrouiller les ondes, déverser leur propagande, la psychose ne partira, le pays ne retrouvera la sérénité et la foi en l'avenir qu'avec un taux de chômage en nette baisse.

Il faudra, à n'en plus douter, un changement de pouvoir en France pour l'espérer.

En attendant, l'Europe a-t-elle une responsabilité dans ce cauchemar ?

Peut-on l'accuser de grossir le chômage ?

Le débat sur "l'Europe sociale" est habité, depuis dix ans, par de cruels malentendus.

Sur l'idée générale, tout le monde s'accorde. L'euro devait, dans les années 1990, souder le marché intérieur et, poussant l'intégration, accoucher de l'Europe politique.

Enchaînement vertueux de la prospérité : chaque pays membre était devenu trop faible dans la division internationale du travail, mais l'Union allait permettre de se construire un beau jardin, et à chacun d'en récolter les fruits : un travail pour tous et des espérances pour les plus jeunes !

Le bilan peut être, aujourd'hui, considéré comme totalement décevant ! La guerre du tous contre tous fait râge et les plus faibles périssent sous les coups de butoirs des pdg ultra libéraux et crapuleux

Les petits pays s'en sortent certes mieux que les grands, comme l'Allemagne et l'Italie.

Provocante, est la Grande-Bretagne ou la Suède qui se portent bien de n'être pas entrée dans la zone euro.

Mais, globalement, la croissance des Vingt-Cinq est faible, de deux points inférieure à celle des Etats-Unis.

Cette modestie européenne renvoie à la France la responsabilité quasi entière de ses malheurs sociaux !

Le chômage français est la faute des gouvernements de France, pas des "bureaux" de Bruxelles. Tout comme les menaces sur les retraites, le trou de la Sécu !

babr

jean Paul 4, vous avez beau changer de non, votre ortographe est toujours aussi piteuse.
quant à votre argumentation( démago, copier-coller, sans argument), elle est tellement nulle qu'elle ferait plutot la campagne du OUI.
merci donc.
et passez aux arguments sérieux si vous voulez etre entendu

abstruc

babr >
Vous croyez au Oui parce qu'elle permettra de faire une politique de gauche. peut-être, mais dans le cadre politique fixé par ce texte. Moi, je me bats pour qu'aucune référence politique ne soit dans ce texte, pour laisser la liberté aux électeurs de choisir, dans les années qu'ils viennent la politique qu'ils ont envie en toute liberté. Et de pouvoir en changer selon leur gré et leur humeur.

Exemple : comment pouvez-vous mener à bien une politique de réduction des armements quand vous avez une phrase qui fixe comme but de "renforcer la base industrielle et technologique du secteur de la défense" ? (Phrase sortie d'un contexte ouvertement écrit par les lobbies de l'industrie de l'armement).

Autre chose qui n'a rien à voir :

Je viens de tomber sur un truc assez marrant : dans le tract de motivation envoyé avec le TECE, il y a une phrase "[Le Parlement] élira le président de la Commission, en tenant compte des résultats des élections européennes".
Foutage de gueule : quand on lit ça, on pense qu'il y aura une élection pluraliste, avec plusieurs candidats et le parlement qui choisit le meilleur à son sens.
Non. En réalité, il n'y a qu'un seul candidat, celui présenté par le Conseil. Techniquement, c'est une élection, mais pas dans le sens commun. Ce n'est pas un mensonge, mais un jeu subtil sur les mots.
Dans le système français, tout gouvernement se présente 1er ministre devant le parlement pour obtenir un vote d'approbation. Est-ce pour ça qu'on dit que le parlement élit le 1er ministre ?

"en tenant compte du résultat des élections européennes" : c'est sûr, si le Parlement est extrême gauche, le Conseil ne va pas présenter un candidat facho. Mais si il le fait quand même, blocage ! On fait croire qu'une règle de bon sens est instituée en règle constitutionnelle : mensonge.

"en tenant compte du résultat des élections européennes" (bis) : et il est écrit que les membres de la Commission sont choisi en fonction de leurs garanties d'indépendance. Il n'y aurait pas comme une contradiction, là ?

Libertador

"il est écrit que les membres de la Commission sont choisi en fonction de leurs garanties d'indépendance."
On peut déjà se faire une idée de ce que ça veut dire avec le cas Neelie Kroes... Commissaire chargée de la concurrence (la célèbre concurrence...), et ex-membre des conseils d'administration de Volvo, Thalès, Mac Donald's, Johnson... Entre autres...
C'est une garantie d'indépendance, ça, non ??

Cv de la dame sur le site de l'UE
http://europa.eu.int/comm/commission_barroso/kroes/profile/cv_en.html

Starkadr

abstruc : vous êtes pour la dépendance militaire de l'UE face aux USA ?

Libertador

@ Starkadr:
"abstruc : vous êtes pour la dépendance militaire de l'UE face aux USA ? "
Aurais-tu oublié l'article I-41 du TCE, et les protocoles 23 et 24 annexés au TCE, qui en font intégralement partie (art. IV-442)???...
Ils sont loins de garantir l'indépendance que tu appelles de tes voeux...

Jean Paul 4

A bout d'arguments, les ouitistes tels que le barbar font dans la «com» et les paillettes. Ils ne répondent jamais sur le fond mais caricaturent à outrance.

Quand je pense qu'il n'y a pas longtemps, ils disaient le non tripal et le oui raisonné.

A présent, ils en appellent au show-biz. Société du spectacle quand tu les tiens. Des pseudos artistes qui ne brillent pas par leur intelligence et avouent n'avoir jamais lu la constitution deviennent leurs maîtres à penser.

Il est vrai qu'on ne pense plus beaucoup, dans le camp du oui. Ca n'excuse pas cette campagne de plus en plus honteuse et lamentable. En une semaine, on voit les mêmes ouitistes sur tous les médias. Le mot propagande est en dessous du réel. Scandale d'une démocratie.

Sondage en ligne

A propos de la campagne du référendum sur la Constitution européenne, avez-vous le sentiment que les médias en France sont... ?

... orientés en faveur du oui.
72.7 % le pensent !

http://www.lemonde.fr/web/sondage/0,25-0,15-645171,0.html

Starkadr

si tu pouvais citer les passages que tu incrimines ça se serait bien parce que je les ai lu et ils vont dans le sens d'une politique de défense commune et indépendante.

Maintenant les excités qui voudraient qu'on ne reconnaisse plus l'OTAN (organisme qui nous inféoderait aux USA) devraient quand même être conscient que ceci ne serait jamais accepté par les autres etats. (même par la France peut-être).

A part ça, non je ne l'appelle pas de mes voeux, mais on ne peut pas à la fois ne pas vouloir augmenter les dépenses d'armements et vouloir être indépendant militairement des USA. (je suis plutot pour le contraire d'ailleurs)

Libertador

@ Starkadr:
Art I-41 :
« 2- [...] La politique de l'Union au sens du présent article n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, elle respecte les obligations découlant du traité de l'Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre.
7- Au cas où un État membre serait l'objet d'une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l'article 51 de la charte des Nations unies. Cela n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres.
Les engagements et la coopération dans ce domaine demeurent conformes aux engagements souscrits au sein de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, qui reste, pour les États qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l'instance de sa mise en oeuvre. »

Protocole 23 :
« […] RAPPELANT que la politique de sécurité et de défense commune de l'Union respecte les obligations découlant du traité de l'Atlantique Nord pour les États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, qui reste le fondement de la défense collective de ses membres, et qu'elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre; […] »

Protocole 24 :
« […] GARDANT À L'ESPRIT que la politique de l'Union au titre de l'article I-41, paragraphe 2, de la Constitution ne doit pas affecter le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, qu'elle doit respecter les obligations découlant du traité de l'Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord et qu'elle doit être compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre, […] »


Mais puisque finalement, contrairement à ce que j’imaginais, tu n’es pas partisan d’une indépendance militaire de l’UE vis-à-vis des Etats-Unis, tout ça reste anecdotique…

Libertador

@ Starkadr, suite:
Et le lien nécessaire entre course à l'armement et indépendance militaire ne me semble pas une évidence... Je ne crois pas que l'Europe souffre de sous-équipement de ce côté-là...

LUC

Et bien moi je vais dire NON ! Non à ce Raffarindum !

Jack le Castor

@ abstruc :
"Je viens de tomber sur un truc assez marrant : dans le tract de motivation envoyé avec le TECE, il y a une phrase "[Le Parlement] élira le président de la Commission, en tenant compte des résultats des élections européennes".
Foutage de gueule : quand on lit ça, on pense qu'il y aura une élection pluraliste, avec plusieurs candidats et le parlement qui choisit le meilleur à son sens."


C'est marqué quoi, exactement, dans votre "tract", à la place des crochets [Le Parlement] ?

... parce-que ce qui est exact, c'est que "[LE CONSEIL] élira le président de la Commission, en tenant compte des résultats des élections européennes".
... exactement comme le Président de la République nomme son Premier Ministre, en tenant compte des résultats des élections législatives.

De ce point de vue, il faut reconnaître qu'il y a une avancée démocratique dans ce TCE (même si, comme moi, on reste très critique sur de nombreux autres aspects du texte), dans la mesure où la Commission, tant décriée, devient enfin politiquement responsable devant le Parlement européen, seule institution européenne élue au suffrage universel direct...

Starkadr

Liberador : L'UE incapable d'intervenir seule au Kosovo, ce n'est même pas une question de course à l'armement qui serait de toute façon inutile et vaine, c'est une question d'avoir une force armée suffisante pour pouvoir être indépendant sur ce point.

Les articles que vous citez sont présents dans le traité de Nice, ce qui est nouveau c'est ça

""7- Au cas où un État membre serait l'objet d'une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l'article 51 de la charte des Nations unies. Cela n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres.
Les engagements et la coopération dans ce domaine demeurent conformes aux engagements souscrits au sein de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, qui reste, pour les États qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l'instance de sa mise en oeuvre. » ""

qui introduit une clause de défense commune (importante pour les Etats membres de l'OTAN) respectant les traités et les engagements des Etats. (neutres ou membres de l'OTAN). Il est évident que jamais l'OTAN n'ira attaquer un pays membre de l'UE.

Puisque vous avez lu ces articles et les protocoles vous remarquerez quand même qu'à part ces reprises de Nice, la direction prise et celle d'une défense commune plus forte et plus indépendante.

Libertador

@ Starkadr:
Je n'ai jamais dit que l'Otan allait attaquer un pays de l'UE...
Par contre, ce qui est dit à l'alinéa 7 que tu reprends, c'est que pour les pays qui en sont membres, l'OTAN reste "le fondement de leur défense collective et l'instance de sa mise en oeuvre."
Une défense commune plus forte et plus indépendante ????

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.