Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Dissonance cognitive | Accueil | Arrêt sur Versac »

01 mai 2005

Commentaires

célia

"que m'apporte l'Europe aujourd'hui? C'est la la vrai question."
A cette question de Sauer, moi j'ai envie de répondre:
"que t'apporte la France aujourd'hui?"
La France c'est pas vraiment le paradis, je pense qu'elle a beaucoup a apprendre d'autres pays ...
A quoi ca sert de vouloir s'isoler, se proteger a l'interieur d'un pays ?
L'ecologie, l'economie, tu peux pas la proteger dans un pays en occultant les autres; que ce soit un voisin de l'autre cote d'un fleuve ou de l'autre cote de la planete !! Tous ce qui se passe ailleurs ce repercute ici, on ne peux pas faire abstraction des autres mais commencez a apprendre a vivre ensemble !

Yannick

Cher Versac,

Je viens de regarder l'émission et je trouve ton jugement sur ta prestation un peu dur. Je pense que l'impression « mitigée » qui en sort vient surtout du fait que celle-ci oscillait entre analyse des médias (comment les différents points de vue son présentés, intérêt de l'utilisation d'internet pour le débat) et analyse du débat lui-même.

Concernant le débat, je regrette seulement que les avancées « fonctionnelles » du TCE n'aient pas été plus mises en évidence. Par exemple pour les SIEG, effectivement la constitution ne définit pas ces services mais ce qui est important c'est qu'elle proclame l'existence des SIEG - il suffit de rappeler l'intervention d'Evelyne Gebhardt sur France-Inter.

C'est la même chose pour le droit de pétition. Il est évident que même s'il n'était pas dans le TCE, une pétition d'un million de signatures aurait son importance politique, mais le fait que cela soit écrit dans le traité ne donne-t-il pas plus de valeur (ne serait-ce symbolique) à ces pétitions. D'ailleurs, l'existence du droit de petition dans le TCE ne donne-t-elle pas plus de visibilité aux pétitions (du type inscription au journal officiel...) ?

Par contre, l'émission a fait apparaître à mes yeux une nouvelle incohérence noniste. On reproche à la fois à ce traité d'être trop compliqué et trop long et en même temps de ne pas aller assez dans le détail sur certains points : droit à la vie trop simpliste, pas de définition exhaustive des SIEG, etc.

Yannick

indigne

Franck : « Schneidermann, proche de JM Chevènement »

Des détails, svp.

Jeanderennes

Je n'ai pas lu le traité mais j'ai vu des débats télévisés sur ce sujet. J'ai entendu plusieurs fois des questions et réponses sur l'avortement, la laïcité ETC..
mais aucune sur la peine de mort qui, ce que je ne souhaite absolument pas, pourrait, si on suit le raisonnement fait sur d'autres sujets non portés dans le projet, être rétablie.

François de Fornel

Un regret, dans l'émission "arrêt sur image", c'est que la question de la démocratisation, introduite par le TCE, n'ait pas vraiment été abordée ; j'ai vu et entendu en effet à ce sujet et notamment sur le rôle du parlement,sur la responsabilité de la commission, un certain nombre de contre-vérités chez les partisans du non.

Samuel

Versac, je vous ai trouvé peu à votre aise dans un exercice il est vrai difficile. On sent que vous êtes une personne qui n'aime pas les simplifications et préfère les longs discours argumentés aux formules creuses, sortes d'images choc (encore que le passage sur la police était savoureux). La télévision n'est de toute évidence pas le lieu idoine pour l'expression de vos opinions.

Etienne Chouard a été pour sa part assez convaincant dans son rôle cartésien du "je doute donc je suis".

J'ai perçu ce débat, limité par le temps et la volonté de Schneidermann de garder la main afin d'éviter de partir dans un débat technique abordé dans les sites respectifs de chacun, comme une vision opposée entre d'un côté un sceptique (Etienne Chouard) et de l'autre un optimiste qui sans pouvoir certifier que l'avenir sera un long progrès inimterrompu, cherche à avancer et non à en rester à une situation de toute manière insatisfaisante (vous-même).

C'est une position assurément plus difficile à défendre. Et le passage sur l'avortement a été sans nul doute en votre faveur. Bien qu'admettant que la question de l'avortement n'était pas inscrit dans la Constitution française, Etienne Chouard a maintenu une critique (la non présence de sa défense dans le TECE) qui de fait devenait caduque.

Quoi qu'on puisse penser de la qualité de l'émission, chacun la confrontant aux attentes qui sont les siennes, elle m'a semblé témoigner d'une bonne santé démocratique au sein d'une partie de la nation française. Tout le problème réside dans le fait qu'il n'y en ait qu'une partie... D'ailleurs, il suffit de voir que si de nombreux commentaires peuplent ce blog, ils sont souvent l'oeuvre des mêmes personnes. Mais cette émission peut fort bien faire évoluer les choses.

Cordialement.

toto

"C'est une association d'Etats, et de citoyens, modèle unique, nouveau, fruit d'un compromis. C'est neuf."

c'est pas de la connerie d'écrire cà ?

Alex

jeanderennes dit:
Je n'ai pas lu le traité mais j'ai vu des débats télévisés sur ce sujet. J'ai entendu plusieurs fois des questions et réponses sur l'avortement, la laïcité ETC..
mais aucune sur la peine de mort qui, ce que je ne souhaite absolument pas, pourrait, si on suit le raisonnement fait sur d'autres sujets non portés dans le projet, être rétablie.

Monsieur excusez moi mais les débats télévisés sont de pures manipulations politiques chacun vend sa vision!
imaginez vous une seule seconde que l'UE va s'immissez dans des débats tels que le marriage gay, l'euthanasie, l'avortement, la légalisation du cannabis, le divorce, la laïcité... Il ya des compétences nationales qui restent quand même! L'inéxistance de peine de mort, là c'est clair, c'est une condition à l'adhésion à l'UE et d'ailleurs la turquie devra s'y conformer si elle désire nous rejoindre!

Candide

A propos du droit à l'avortement.
Si il est indiscutable que le droit à l'avortement de fait pas partie de la Constitution française, celle-ci ne comporte pas 448 articles! Si on estime que les peuples ont démocratiquement le droit de revenir sur ce droit ( et au nom de quoi leur interdirait-on ?) laissons leur le droit de revenir sur la définition des politiques économiques.
Votre argument ne tient pas. Si le droit à l'avortement n'est pas inscrit c'est que finalement on y tient moins qu'à la lutte contre l'inflation ou qu'à l'indépendance de la banque centrale.
Cordialement.

Uj

Toutes mes félicitations, à Versac et Chouard.

Certes l'émission n'était pas parfaite, mais elle a eu le mérite de proposer aux électeurs les avis et arguments de "gens d'en bas", bien trop rares dans les médias "classiques" (télé hertzienne ou grandes stations de radio). Bravo encore.

Uj
plutôt NON

Philippe

Franck : « Schneidermann, proche de JM Chevènement »

Des détails, svp.

Rédigé par: indigne | mai 1, 2005 02:20 PM

Ne perdez pas votre temps à chercher : c'est une information totalement erronnée (mais pas innocente).
Schneidermann dans son dernier billet disait justement qu'il penchait maintenant plus pour le Oui.

Alex

l'UE s'est construite sur l'économie et cette dernière tient toujours une place plus qu'importante. Au niveau européen concernant les droits de l'homme il y la Cour Européenne des droits de l'homme qui remplie trés bien son rôle et qui est indépendante de l'UE. Cela ne fait que peu de temps que l'UE intégre ces choses là dans le droit communautaire, comme toujours dans la construction européenne c'est le temps qui fait!

Paxatagore

Pour la peine de mort : l'alinéa qui suit le droit à la vie prévoit explicitement que la peine de mort ne peut être prononcée.

slagyf

bonjour à tous
moi aussi j'ai découvert ce site grâce à ASI.
Je tenais à donner mon point de vue général sur l'émission et le TCE :

1- l'émission : comme d'habitude elle n'est pas parfaite mais à le mérite d'exister, elle m'est apparue plus humaine que les autres débats déjà organisés ailleurs sans doute par la présence de Messieurs Chouard et Versac . Je lui reproche le fait de ne pas avoir véritablement répondu au thème proposé au départ qui me semblait être axé sur l'intérêt des médias dans le débat sur le TCE. Cependant elle a eu le mérite de faire connaître votre site et celui d'Etienne Chouard.

2- concernant le TCE : je pars du principe qu'une chose fonctionne que si elle est essayée, éprouvée. Discourir sur les possibilités d'évènements négatifs ou positifs ne fera pas avancer la mise en place d'un nouvel élan dont nous avons tous besoin en France et probablement en Europe. Il faut bien sûr dans tout projet élaborer les divers scenarii afin d'avoir une bonne évaluation d'un fonctionnement acceptable qui pourra être révisé s'il existe un bug. Notre société française est basée sur ce principe, nous le voyons avec les 35 heures qui a apporté son lot de d'avantages et d'inconvénients. J’espère ne pas trop être différent des hommes et femmes ayant rédigé le TCE et je leur laisse le bénéfice de l’erreur qu’ils auront à coeur de corriger si besoin.
Je pense en effet que l’Argent a contribué à dénaturer notre perception de l’autre car il fait le Bonheur et que nous cherchons tous notre part de Bonheur ici bas. Le TCE, galvanisant une vision libérale du fonctionnement de l’Europe, amène la crainte que cela puisse encore s’aggraver. Mais n’est ce pas comme cela que l’Humanité s’est construite, si le TCE est mauvais il conviendra de batailler pour le modifier mais en attendant mon argumentaire est le suivant : voter oui
car si cela marche alors pas de regret, j’aurais contribuer à l’avancée d’un monde peut être plus vivable plus emprunt d’humanité, d’altruisme (notions qui s’évaporent doucement dans notre société et que le Traité actuel ne renforce que partiellement),
si cela échoue, alors nous auront une cause commune à combattre ensemble en se serrant les coudes, en s’aidant mutuellement à modifier un texte destructeur, dénaturant l’esprit du « vouloir mieux pour soi et par conséquent pour les autres ». Nous rejoindrions en cela la conviction qu’avaient nos grands parents face au nazisme (et toutes les autres générations qui ont eu à souffrir de ce type de pensée) et le fait que cette ignominieuse stratégie génocidaire n’a pu être réduite au presque néant (ils restent encore quelques incompréhensibles fidèles fanatiques) qu’en allant tous dans le même sens au prix souvent de millions de morts.

Le TCE nous permet à travers le formidable débat qu’il génère (en éliminant le parasitisme malsain de nos politiques) d’échanger, de se comprendre, de respecter l’autre comme soi-même afin d’avancer davantage en paix pour trouver une idée COMMUNE acceptable par tous dans la limite de tolérance de chacun.

Je respecterai toujours les partisans du NON, du OUI, du PEUT ETRE, faisant fi de mon bien être, parce qu’un jour j’aurai sans doute besoin d'eux à mes côtés pour une cause consensuelle que nous aurons à défendre ensemble.

Merci de votre attention

pascal

les arguments du "non" de Mr Chouard vont au dela d'un
debat a la noix sur la petition ou l'avortement.
L'emission etait rate car elle n'a pas cite cette
opposition entre ce qui se fait ds les debats
(sur des sujets precis ou tt est affaire d'interpretation et de l'intention qu'on y voit)
et le fait que les critiques qui fonctionnent et se
repandent de Mr Chouard placent le debat a un autre
niveau qui n'est jamais aborde (ou presque) a la TV
Je serai curieux de savoir ce que Mr Versac dit a
ce sujet... Celui des arguments du "non" de M Chouard...
Simplement voir la difference avec Chouard comme une
attitude face au progres est indigne. C insultant si
vous ne repondez pas a ses arguments d'abord...

neuville

Je n'ai qu'entrevue "arrêt sur images" je n'ai donc pas de commentaires à rédiger sur la prestation de l'un ou l'autre.
Je suis un citoyen silencieux mais qui ne rate aucune élection, même pour voter blanc, le cas échéant.
Si je fais l'effort de prendre la plume c'est de constater que votre site fait état de liens des partisans du oui et surtout de non, même si la liste n'est pas exhaustive.
Car quasiment tous les journalistes sont favorables au oui et cela transparaît dans leurs propos.
Cette constitution a été rédigée par des technocrates qui non pas fait l'effort de le rendre lisible et compréhensible par les gens du bas.
Rien que pour cette mise en forme, je voterai non.
J'ai cru à la politique, mais aujourd'hui à 64 ans je n'y crois plus !
Seul commentaire sur le contenu, en ce qui concerne la pétition, est pour moi un vaste miroir aux alouettes.
Si cela devait être efficace, à chaque décision des pouvoirs, il y aurait bien une pétition d'un million de voix sur 450 millions d'habitants (0.22%) cela doit être facile, pour la contrer.
Donc paralysie du fonctionnement des institutions ce qui est inconcevable.
Donc je suis persuadé que la CE pourra passer outre au référendum qui ne lui conviendra pas.

Starkadr

il y a déjà une note dessus qu'avait fait versac qui répondait au texte d'E.Chouard.
http://publiusleuropeen.typepad.com/publius/2005/04/etienne_chouard.html
(un peu long à afficher vu le nombre de commentaires qui a suivi)

Hélion

Monsieur,

Bien que personnellement partisan du non, je vous ai trouvé plus clair et plus convaincant sur certains points, que nombre de nos hommes politiques en faveur du oui. Mais vous avez raison, ce genre de débat ne permet pas d'aborder les questions essentielles du fédéralisme et du fonctionnement démocratique de l'Union. Vous écrivez (je crois) que ce traité nous éloigne des discussions multilatérales entre Etats et de la culture du secret qui les entoure (puisque que jusqu'à maintenant, l'initiative et le contenu des discussions entre chefs d'Etat et ministres au Conseil de l'Europe reste, en France du moins, un domaine réservé de l'executif, dont le parlement français n'est pas censé être tenu au courant). Mais ne pensez vous pas que ce texte est "verrouillé sur lui même" par les différentes rêgles d'unanimité, et particulièrement celle qui s'applique à sa révision, bloquant ainsi toute possiblité de transfert de souveraineté vers le parlement européen, et donc toute évolution vers une europe plus transparente et plus démocratique ? (et je ne parle même pas du rôle de la commission)

babr

eyh neuville, pourquoi tu votes toujours et ne rates pas meme une seule élection si tu ne crois plus à la politique ????!!

sur l'Europe, en effet, elle est le fait de technocraties. Néanmoins, voter NON ne va rien arranger à ça. je pense meme que ça va l'aggraver. Le parlemeent européen aura encore moins de pouvoir . donc moins de démocratie et plus de technocratie avec Nice.

du plaisir de pointer les contradictions et les argumentaires bidons....

bart

@publius

vous devriez republier le billet de réponse à etienne chouard, du moins le mettre en évidence...

@neuville

"Car quasiment tous les journalistes sont favorables au oui et cela transparaît dans leurs propos."
--> la france est un des seuls pays démocratiques où les journalistes n'éclatent pas de rire ou d'effroi lorsqu'on interviewe un Besancenot ou une M-G Buffet..

"Cette constitution a été rédigée par des technocrates qui non pas fait l'effort de le rendre lisible et compréhensible par les gens du bas."
--> je vous invite à lire ceci :

http://european-convention.eu.int/Static.asp?lang=FR&Content=Composition

Il y avait même des représentants syndicaux et du comité des régions présents de la convention...

Moi, je dis qu'on aurait du aller aux Halles, prendre 3 personnes qui passaient dans la rue au hasard, et les envoyer siéger à la convention. Et que chaque pays aurait du prendre trois personnes au hasard, comme ça, dans la rue...La constitution aurait alors vraiment été le reflet de la France (et de l'europe) d'en bas, et on aurait bien fait marrer la planète...

C'est pas comme si Monsieur Debré avait fait notre actuelle constitution en petit comité, à huis clos, en quelques semaines...ah, c'est ce qu'il a fait ? mais alors faut-il faire la révolution contre une constitution de technocrates autorisant le referendum !?

christian

Ah, oui, le "petit prof", dans cette émission a su montrer qu'il était possible d'être dans l'indécision !

socdem

Moi j'ai trouvé que tu t'es bien débrouillé lorsque tu est monté au filet face à Chouard en fin d'émission.

Celui-ci était avantagé par le fait que

1-tu as eu moins de temps de parole que lui
2-Le journaliste mettait en avant le côté "pt'it prof plein de doutes vachement cool" que surjoue M.Chouard
3- Défendre un texte dans un média qui ne laisse que peu de temps à l'explication c'est se condamner au simplisme.Tu n'en est pas pratiquant ce qui est tout à ton honneur, Chouard oui, surtout lorsqu'il dit n'importe quoi sur l'avortement: Pourquoi une union dont 23 pays sur 25 acceptent l'avortement voudraient remettre ça en cause?Par masochisme?

jgc

Bonjour,

juste un petit mot en passant sur le fameux 'droit de pétition.
D'abord pour rappeler... qu'il existe déjà. Dans les textes, est déjà prévu un droit de pétition, mais au parlement européen.Il existe depuis 1981 et il y a même une Commission des pétitions dans ce Parlement -de même niveau en théorie qu'une Commission des lois, etc.... Si vous ne le savez pas... c'est sans doute qu'un tel droit a moins d'impact pratique que certains voudraient le faire accroire!
Ensuite, pour souligner que, pour se prononcer sur la portée réelle de ce nouveau droit (va-t-il permettre, par exemple, d'initier de nouveaux débats ou d''obliger' la Commission à traiter de telle ou telle question?), on peut notamment regarder ce qu'il en est de la pratique du droit de pétition depuis qu'il a été institué. Lorsqu'on étudie, par exemple, l'évolution des règles qui entourent ce droit et, surtout, les usages qui en ont été faits tant par les citoyens que par les récipiendaires en France sur longue période (j'ai notamment fait ça pour un travail de thèse en science politique), on en conclut pour aller vite que ce droit bénéficie essentiellement... à ceux qui sont supposés recevoir les pétitions. De fait, n'ont un impact sur le gouvernement que les pétitions qui sont relayées au sein de la sphère décisionnelle et utilisées par des acteurs de cette sphère pour défendre leurs intérêts individuels ou collectifs propres.
Qqs exemples :
Le plus connu : c'est à partir du droit de pétition que les Parlements britannique et français se sont attribué un pouvoir d'initiative qui n'étaient pas le leur au regard des textes. Encore sous la Vème République, l'Assemblée Nationale a tenté en vain d'user de ce droit pour retrouver un rôle que la nouvelle Constitution lui niait. En vain.
Un autre exemple, plus circonstanciel : j'ai pu observer comment la procédure d'enregistrement des pétitions à l'Assemblée nationale permettait aux services de cette institution de n'enregistrer officiellement que les pétitions qui soit pouvaient leur servir, soit ne pouvaient pas les desservir... quel que soit le nombre de signataires. Il n'est du reste pas un hasard que les procédures qui entourent les différents droits de pétition soient toujours entourées d'un certain flou qui permet justement aux institutions d'enregistrer ou de ne pas enregistrer les pétitions qui leur sont envoyées (c'est aussi le cas au parlement européen aujourd'hui).

Quelles conclusions tirer de cette longue digression?
1°) D'abord que, dans la pratique, la création d'un droit de pétition auprès de la Commission renforcera essentiellement... le poids de la Commission, si bien que ceux qui considèrent que c'est le Parlement européen qui est l'organe le plus démocratique au niveau européen devraient plutôt soutenir un développement du droit de pétition auprès de cette institution.
2°) Ensuite que la seule façon de faire du droit de pétition un pouvoir véritable aux mains des citoyens serait de lui donner force obligatoire. Contrairement à ce qui a été dit à ASI, cela existe dans l'actuelle Union Européenne puisqu'en Italie on trouve la possibilité de réferendum abrogatif qui permette au peuple de demander un référendum en vue de faire abroger un texte de loi. Certes, ça n'est pas dans la tradition de beaucoup d'autres pays, mais, sauf erreur, le mode de fonctionnement européen à partir du triangle Commission-Conseil-Parlement n'existe pas non plus dans les différents pays européens! De plus, les conditions de recours à ce droit devraient alors être mieux définies. Reste que si l'objectif de ce droit était de donner plus de pouvoirs aux citoyens, c'est cela qui aurait dû être fait
3°) D'où la question des intentions qui sont derrière cet article?
Trois interprétations peuvent être données :
-Celle du 'complot maximal' : c'est en effet un moyen de donner encore plus de poids à la Commission en faisant croire à la population qu'on lui accorde un pouvoir supplémentaire. Je n'y crois pas trop!
-Celle du 'complote minimal' : il s'agit en effet simplement d'un gadget publicitaire dont on sait très bien qu'il n'aura aucun impact réel sur les politiques suivies, mais dont on espère qu'il pourra servir la cause du traité et aider à son adoption. C'est en effet cette interprétation qu'on est parfois conduit à faire quand on lit certains arguments des tenants du traité qui nous vendent le droit de pétition comme un véritable droit d'initiative en jouant sur les mots 'invite' et 'oblige'. L'article du Monde qui présentait ce droit était de ce point de vue là un excellent exemple puisqu'en plus l'auteur comparait ensuite ce droit à ce qui existe en Italie en semant ainsi encore plus la confusion et en laissant supposer qu'un million de citoyens européens pourrait faire abroger une directive Bolkestein adoptée par le Parlement européen! Permettez-moi d'ajouter que la comparaison avec le policire n'est vraiment pas adéquate. Ce qui fait que vous suivez le policier qui vous invite à le suivre, c'est que vous pensez que si vous ne le suivez pas volontairement, il aura les moyens de vous obligez à le faire.
-Toutefois, il y a une troisième interprétation possible : il se peut en effet qu'un ensemble de rédacteurs de la Constitution soient un tant soit peu positivistes et se contentent de prendre le texte au mot sans s'interroger sur la pratique qui en sera faite. Le seul problème ici, c'est simplement qu'au regard du passé on peut leur affirmer qu'ils se trompent
4°) D'où la dernière conclusion : il y a sans doute mille raisons de voter 'oui' à cette Constitution (et autant pour voter 'non'. Ce qui est sûr en revanche, c'est qu'il ne faut pas voter 'oui' parce qu'on pense que le droit de pétition ainsi défini est une grande avancée démocratique.

JGC

prof

à Versac,

Je viens de regarder l'emission sur la 5 "Arrêt sur l'image" et je dois avouer que je suis déconcerté ! Pour qu'il n'y ai pas d'ambiguité je voterais NON le 29 mai au "traité établissant une Constitution pour l'Europe". D'abord une remarque à propos du terme "inviter" utilisé dans l'Article I-47 (Principe de la démocratie participative). Dans le cas présent le verbe "inviter" pourrait avoir deux acceptations : "prier de" ou "demander avec autorité", il se trouve que dans le jargon juridique seule la première "prier de" est admise et j'ose penser que vous le savez parfaitement alors pourquoi ce faux-sens ? De plus il est curieux de voir quelle utilisation il en est fait. Monsieur Bayrou qui parcourt les terres du Sud-Ouest en promettant aux chasseurs que cet article va leur permettre de regler définitivement le problème des dates de chasse en oubliant de leur préciser que les écologistes auront les mêmes droits qu'eux et pourront aussi "inviter" la Commission, en passant par les associations contre l'avortement qui pensent pouvoir remettre en cause le droit à l'avortement ainsi que les intégristes de tous poils qui essaieront de faire disparaitre le principe de laïcité de la société française. Dans la mesure ou ni l'avortement, ni la laïcité ne sont reconnus par la "Constitution" et du principe juridique "tout ce qui n'est pas gravé dans le marbre de la loi est négociable". Je sais très bien que cette Constitution est un compromis et que pour concilier le droit de 25 états c'était particulièrement hasardeux, cela est-il seulement possible ? Quelques mots sur la démocratie. La Constitution ne fait qu'avalider ce qu'à toujours été l'Europe communautaire : un ensemble d'aristocraties échappant au contrôle populaire : la Commission, la Cour de Justice, la Banque Centrale qui en est la caricature. La Commission gardant l'initiative législative. J'ai remarqué que les Articles III-396 (adoption des lois et lois-cadres) et III-403 (adoption du budget) ne sont jamais cités dans aucun débat, pourquoi ? bien qu'étant particulièrement difficiles, il serait intéressant d'en connaitre le fonctionnement ! C'est bien ce qui me gêne le plus dans cette Constitution, de ne pas pouvoir distinguer clairement les pouvoirs et les contres pouvoirs dans le processus de prise de décision. L'éxécutif y étant très lourdement représenté Conseil des chefs de gouvernement, Conseil des ministres et Commission qui est la seule a avoir l'initiative des lois. En face le Parlement qui a surtout des pouvoirs de procédure et qui peut par son silence faire adopter une loi sans vote le fameux Article III-396. En définitive la Commission peut faire adopter une loi par défaut et sans vote. On prétend nous présenter cette Constitution comme une avancée démocratique !!! De qui se moque-t-on ?

Paxatagore

Je pense qu'on veut parler d'une avancée démocratique par rapport à l'existant. N'oublions pas qu'en 1957, le parlement n'avait qu'un rôle consultatif ! Et que ce n'est que depuis les années 80-90 qu'il a un rôle de co-décision, dans certains domaines. Traité après traité, ce rôle est étendu. Ce n'est pas parfait, c'est une avancée.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.