Rechercher



  • Recherche Google
    Web Publius

Statistiques


« Y a-t-il crise au sein du PS ? | Accueil | Interview de Védrine, pour le Oui »

25 novembre 2004

Commentaires

versac

Que dire ? Tu dis toute la difficulté de ce sujet. Je suis un partisan à moitié résigné du oui. Je crois qu'on aurait pu passer outre les boyaux d'animaux pour n'obtenir qu'un texte non pas obscur mais relativement simple (même si, ne nous faisons pas d'illusions, l'échange de 25 cultures ne produit que rarement des textes limpides), donnant effectivement un cadre d'action encadré par des règles générales.

Ce traité est lourd, redondant, pinailleur par certains aspects, et il est parfois difficile d'en sortir la logique effective (ce qui amène à ds interprétations parfois contraires, sans mauvaise foi).

Mais ce traité est le reflet de l'Europe telle qu'elle est aujourd'hui. Complexe, entre plusieurs tensions. Il a l'immense mérite de représenter le compromis acceptable à date. Ce n'est pas l'oeuvre d'un homme providentiel qui l'a rédigée dans son coin, mais d'Etats et de représentants qui l'ont négociée pendant deux ans.

On est loin d'un rêve. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui font croire à une avancée historique, un grand pas en avant, et aux lendemains qui chantent. Je crois que ce traité a le mérite de rationaliser un peu l'ancien, d'offrir des améliorations sur de nombreux points, et d'avoir, magré tout, une cohérence d'ensemble.

prevalli

en votant oui d'une certaine façon on accepte par referendum le pacte de stabilité et de croissance.

Je suis désolé c'est d'une portée que je me refuse a faire. Ce genre de choses doivent sortir du texte constitutionnel.

Vous pensez vraiment qu'il serait impossible pour la france d'obtenir simplement la dissociation de la partie I et II de la partie 3 + protocoles ?

Moi honnétement je pense qu'il est possible d'y parvenir et je ne suis donc pas du tout sensible à l'argument du chaos en cas de non.

Paxatagore

Je pense aussi que ça serait probablement faisable. Mais je pense pas que ça serait ça qu'on lirait dans un non. C'est un problème (et une force du non) : sa non-lisibilité. Le non peut vouloir dire non à la constitutionnalisation du pacte de stabilié, non au pacte de stabilité, non à tel ou tel aspect, non au non-progrès social, non à une constitution pour l'Europe, non à une Europe communautaire, non à l'Europe des nations, non à l'Europe tout court, non au gouvernement, etc. Si le non l'emporte, quelle lecture en feront les gouvernants ?

alexandre delaigue

Ca n'est pas forcément impossible pour la France, mais la France n'en veut pas. Ce sont les français qui ont exigé cette troisième partie, pour pouvoir y fourguer l'exception culturelle et la politique agricole commune. Le reste traduit la nécessité du compromis : dès lors qu'on intègre ces stupidités-là, pourquoi pas les autres?

prevalli

je corrige c'est le gouvernement Chirac qui l'a voulu !

Ce qu'il faut c'est etre clair apres le resultat du referendum PS sur ce que l'on veut. la campagne nationale n'a pas commencé a ce moment la les partisans du non au PS peuvent preciser leur exigences pour le oui. Et cela ne laisserait pas le seul non aux souverainistes.
Ce qui ferait que si le non l'emporte au national il serait alors interprété comme un non anti européen. Ce qui ne sera pas le cas.

socdem

au sein du ps ce sont plutot les partisans du non qui présentent ce texte comme une constitution.

Pour moi c'est un traité avec des aspects constitutionnels, c'est un chemin vers la constitution.

JR

juste pour info, et pour enfin comprendre quelquechose à ce traité truc.

Bon le compromis, okay. UN texte hybride qui ne rentre pas dans une catégorie okay.

Mais ce que j'ai compris : c'est un traité qui aura valeur de constitution quand il sera ratifié par 4/5 des ETats membres.

Si on vote oui, on part dans l'objectif de Constitutionnalisé ce texte, non ?

A moins que je me gourre complètement . ...

Emmanuel

"Mais ce que j'ai compris : c'est un traité qui aura valeur de constitution quand il sera ratifié par 4/5 des ETats membres."

Non, non. Le traité entrera en vigueur quand il aura été ratifié par tous les Etats. Les 4/5e de ratification implique juste que le Conseil se "saisit de la question", à priori pour trouver une solution pour sauver le texte. (voir la note de Versac sur les différents scénarios possible).

"Si on vote oui, on part dans l'objectif de Constitutionnalisé ce texte, non ?"

Ca depend ce qu'on entend par "constitutionnaliser". Symboliquement, ce texte s'appellera bien "constitution". Juridiquement, il restera un traité avec exactement la même valeur juridique que les traités précédents qu'il remplacera.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.