« Les chevaux de Troie législatifs | Accueil | 67,13% »

02 octobre 2009

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83454248469e20120a60b2f12970c

Voici les sites qui parlent de Fin :

Commentaires

Laurent Bervas

Merci ... et a bientôt peu être :-)

Rubin

C'est dommage... Ses lecteurs assidus regretteront Publius.

RilaX

Ça fait mal au cœur de voir l'aventure publius s'arrêter ainsi, mais il est vrai que publius était devenu quelque peu moribond depuis la désertion massive des autres bloggers.
En tous cas, merci à gus d'avoir tenté de ranimer le bestiaux depuis 2005

Gus

La raison profonde de cet abandon est la sensible montée de niveau des articles diffusés ailleurs.

Je ne doute pas que les fondateurs de Publius croyaient en leur temps que le débat public profiterait à l'Union Européenne. Pour ma part, j'estime que les politiques européennes étaient l'une des causes indirectes, mais majeures , de la percée du FN aux présidentielles de 2002, comme l'illustre encore aujourd'hui le débat sur les méthodes de management à France Telecom, pardon, Orange.

Depuis, de grands progrès ont été faits : l'Europe s'est honnêtement humanisée. La réelle portée de ce qui s'y négocie actuellement est sans commune mesure en vilenie avec ce qui s'y négociait dans les année 98-2005.

Ajoutons à cela la prise de conscience à mon avis profonde de nos concitoyens de la réalité des enjeux et surgit alors un péril : à trop ressasser sans cesse les mêmes discours, on les affaiblit.

Pourtant, l'enjeu est d'importance : il s'agit juste de notre avenir à tous.

Cédons alors au principe de précaution et constatons ceci : grâce, notamment, à l'ACTA, la prise de conscience aura touché jusqu'aux CSP les plus europhiles. Et puisqu'il n'y a plus personne à informer, alors, restons en là.

Et travaillons plutôt à changer tout cela plutôt qu'à s'en plaindre. Parler n'a jamais fait cuire le riz.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.