« Importante victoire des eurosceptiques au Conseil | Accueil | Le nouveau Ministre des Affaires Européennes »

23 juin 2009

Commentaires

edgar

ce serait exactement la même problématique sans l'Europe, qui en l'occurrence (le financement dela dette publique) n'est un mécainsme de régulation de rien du tout !

Gus

à ce jour, on manque d'une autre définition pour toute politique européenne que "chacun fait pareil que les autres chez soi". Quiconque a une fois dans sa vie travaillé en équipe sait qu'en théorie, on optimise les efforts de chacun en lui proposant de faire ce en quoi il excelle, mais cela reste à faire comprendre à ces fonctionnaires dans l'âme que restent les architectes de l'Europe.

Ce qui n'est absolument pas le cas du Conseil, composé de politiques, qui, tous imparfaits qu'ils soient, sont inévitablement pragmatiques du fait de leur processus de sélection interne.

C'est donc bien plus pour l'Europe une question de capacité que de structure : être incapable d'imaginer n'est une qualité pour personne, sauf celui chargé d'appliquer une règlementation, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il ne faut jamais le consulter quand on l'écrit.

Conclusion ? Pour faire de l'Europe ce qu'elle pourrait être, commençons par l'arracher aux fonctionnaires et à leurs émules.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.