« L'Europe du chacun pour soi | Accueil | Le FMI suggère l'adoption de l'euro aux états européens en difficulté »

04 avril 2009

Commentaires

walkmindz

Commençons par la fin de cet article, le moment précis où le lecteur se forge une opinion puis émet un avis. Mais a-t-on vraiment le choix lorsque l’origine de son raisonnement est la survie ?
En effet, la base de toute construction sociale ou religieuse s’appelle la peur, l’intelligence intervient beaucoup plus tard et uniquement dans un but rétrospectif et justificateur.
D’une guerre des civilisations concernant le business de la religion au marketing viral pour le repli communautaire global, les clients préfèrent le spectaculaire putassier à l’introspection solitaire.
Al-Qaïda est plus utile sous assistance respiratoire électorale que dans les mémoires à la fois victorieuses et infidèles car en quête perpétuelle de nouveaux ennemis.
Ces nouveaux hobbies pour lobbys pourraient être l’obésité chez les enfants et le téléchargement pirate, mais ils remplissent moins les carnets de commande du Ministère de la Défense.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/03/27/notice-avant-utilisation-–-post-al-qaida/

Gus

" la base de toute construction sociale ou religieuse s’appelle la peur, "

Si ce que vous dites est vrai, autant abandonner immédiatement l'Europe, qui se veut être une construction démontrant le triomphe de la raison par le choix d'une plus grande prospérité découlant de choix publics communs.

Valéry

Encore un billet plein de mauvaise foi et de fausse naïveté.

À l'évidence les dispositions de sécurité à Strasbourg étaient nécessaires : les hordes d'émeutiers d'extrême-gauche qui ont déferlées sur la ville l'ont prouvé. Les gauchistes qui souhaitaient manifester contre l'Alliance sans se livrer au vandalisme ont pu le faire parfaitement librement.

Par ailleurs le commentaire du commissaire n'est pas très compliqué : prendre argument de la défense de nos libertés par un chef de gouvernement européen pour négocier quelques postes supplémentaires dans la hiérarchie de l'organisation est à la fois scandaleux sur le plan des valeurs et inquiétant compte tenu du fiat que ce genre de comportement de marchand de tapis est précisément ce qui nuit aux progrès de l'Union européenne tant le maintien du diktat de la minorité demeure la règle sur les sujets les plus importants.

Quant à la relation entre l'Union et l'Otan elle n'a rien de mystérieux : la majorité des membres de l'Union est membre de l'Otan à commencer par la France. Il y a une certaine rationalité à chercher des synergies dans un objectif louable d'économie des moyens et de capitalisation sur les acquis de l'Alliance en terme de synchronisation des moyens militaires des Européens. Tout le reste ce n'est que de l'idéologie.

Gus

40 ou 50000 hommes ! Plus qu'il n'y en eu jamais en Croatie ou au Montenegro ! Des avions, des hélicoptères, des laisser-passer : il devait être plus aisé de circuler à Sarajevo qu'à Strasbourg. Et je ne parle même pas des bases aériennes en alerte. Je suppose que s'ils avaient pu mettre un porte-avions sur le Rhin ils l'auraient fait, mais qui sait : peut-être y avait-il un sous-marin ?

Quand à Rasmussen, la presse nationale, qui n'est pas entièrement inféodée aux néo-conservateurs européens, fait son travail à ce que je vois des les titres d'aujourd'hui.

En ce qui concerne le discours de la Commissaire, vous avez certainement raison : j'ai d'ailleurs remarqué un très grande similitude entre ce discours et celui de Rasmussen même, qui s'explique aisément : la liberté d'expression est une valeur de rang très élevé chez les américains, qui pèsent évidemment lourd dans l'OTAN.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.