« Comment mesure-t-on la toxicité en Europe ? | Accueil | De la solidarité financière entre états membres de l'Union »

17 février 2009

Commentaires

Valéry

"Affirmation que les faits peineront à démentir" : affirmation complètement gratuite et en contradiction totale avec le bilan du Parlement européen qui a au cours de la dernière législature transformé considérablement bon nombre de lois europénnes.

Valéry

Au passage, on ne peut que se réjouir de l'absence de l'extrême gauche au Parlement européen, comme à l'Assemblée nationale. Cela reflète que l'électorat conserve une bonne dose de rationalité.

Ce que vous soulignez au final, c'est que si l'Europe – et la France – sont des économies de marché etnon pas des régimes communistes, c'est bien parce que très peu d'électeurs portent leur choix sur les partis qui prônent une soi-disante alternative.

Pas d'électeurs LO = pas d'élus LO. Point.

Gus

Non, Valéry cette affirmation n'a rien de gratuit.

Il ne tiendra d'ailleurs qu'aux têtes de liste des partis sortants de la contredire en présentant leur bilan : sur le droit social, les OGMs, la fiscalité, la santé, l'éducation et l'environnement, par exemple. A vous entendre, dix et cent exemples devraient être aisés à trouver pour justifier les années de travail de nos élus.

L'Union est ainsi faite qu'il faut en effet choisir entre se faire élire et faire campagne : se faire élire, c'est à dire, rallier un grand parti qui refusera de présenter son bilan ou ses perspectives, ou faire campagne, c'est à dire, parler d'Europe, et par voie de conséquence n'avoir aucun élu.

Il y a en effet matière à se réjouir qu'il existe des politiciens préférant parler d'europe que jouir d'une rente de situation par compromis.

Valéry

"faire campagne, c'est à dire, parler d'Europe, et par voie de conséquence n'avoir aucun élu."

À ma connaissance les seuls partis vraiment pro-européens, les centristes et les Verts, ont des élus.

Gus

Est-ce si étonnant ?

La contribution des verts et des centristes à cette Europe que dénonce aujourd'hui Martine Aubry est certes essentiellement symbolique, mais importante : par exemple, pour la signature de l'AGCS, l'ouverture de l'Europe aux OGMs, ou la promotion de la propriété intellectuelle.

Par exemple, à part les centristes français, qui aurait offert une place éligible de député européen à Janelly Fourtou, la femme du président du conseil de surveillance de Vivendi grâce à laquelle elle a pu si longtemps exercer au sein de la Commission chargé de la protection des consommateurs ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.