« Grandir ou périr | Accueil | De l'art de faire dire à la législation européenne l'inverse de ce qu'elle dit »

09 septembre 2008

Commentaires

Gus

Longtemps, l'Union a été porteuse d'une promesse de paix.

C'est sans doute pour cette raison qu'elle a longtemps fermé les yeux sur les agissements colonialistes des états unis en Amérique Centrale et Amérique du Sud.

Personne n'avait je pense demandé au Président du Conseil d'aller parler aux Russes : ce choix est le choix d'une personne, malgré sa conséquence : impliquer l'ensemble des européens dans un conflit d'intérêts entre américains et russes. Mais j'exagère énormément : les russes doivent bien savoir que le soutien réel dont dispose tant le Conseil que la Commission ou leurs présidents parmi les populations européennes est bien plus faible que celui dont dispose le tandem russe. Je ne vois pas de raison pour les russes de particulièrement chercher à humilier l'Europe en se torchant le cul avec l'accord fraîchement signé, mais l'avenir nous dira ce qu'il en est.

Love is all

Aimer ses enfants, c'est savoir en sacrifier cent pour en sauver mille lorsqu'il le faut : ce qui firent les russes à Beslan et avant cela en Europe centrale,face aux nazis, ce que font routinièrement les américains en Irak et en Afghanistan, ce que font, plus maladroitement, les talibans là où ils le peuvent encore, ce que les américains n'ont pas le courage de faire chez eux avec leurs banques.

LFo

Quelques éléments de réponse :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/09/16/01011-20080916FILWWW00487-bourse-moscou-plonge-aussi.php

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.