« "Arrangements for the control of implementing powers" | Accueil | Parler d'immigration sans mépris »

09 juin 2008

Commentaires

Yop

Les arguments oui-ouistes toujours aussi dépassés.....

Quel manque de respect de la démocratie et de la souveraineté populaire!

edgar

Excellent billet. ça va faire monter le non en Irlande si jamais c'est lu là-bas.

"j'aime que ce pays misérable se soit transformé"... C'est génial de condescendance et de mépris à peine dissimulé "pays pouilleux" eût été too much, "misérable", c'est parfait.

Hugues

Edgar,
Non, les "pouilleux" sont justement les pauvres nouvellement entrés dans l'Union et avec lesquels les Irlandais refusent de partager le gâteau. Mais pour ce qui est de la misère en Irlande, il s'agit d'un terme tout à fait adapté à un pays longtemps obligé d'exporter sa main d'œuvre faute de pourvoir l'occuper ou la nourrir.

Ce n'est pas condescendant mais plutôt adapté à la description d'un pays passé d'un niveau de vie très inférieur à celui de la Grèce ou du Portugal à un PIB du niveau de celui de la Suisse.

Oui, je pense que les nonistes irlandais sont des pauvres devenus subitement riches qui oublient un peu vite d'où ils viennent, en même temps que leur devoir de renvoi d'ascenseur du côté des pays de l'Est.

Gus

Ceci dit, si vraiment les irlandais souhaitent aider les pays de l'est, ils ont bien d'autres moyens que de favoriser la construction européennes pour y parvenir. Oserai-je même dire : l'Union est bien plus un carcan pour limiter les coopérations entre pays que pour les encourager.

edgar

Bien sûr.

Joli raisonnement : les Irlandais devraient savoir qu'ils ont été achetés, et se tenir à leur rang, qui est fort bas.

Mais où sont alors les happy few qui peuvent décider légitimement du sort de l'Europe ?

Je sors de chez Pierre Haski, qui écrit que "L'Europe a un problème majeur: elle n'arrive toujours pas à se rendre légitime aux yeux de ses citoyens."

En démocratie, un pouvoir qui n'est pas légitime n'a pas vocation à durer.

A partir de quand l'Europe va-t-elle tirer les conséquences de son illégitimité, et cantonner son rôle à ce qui fonctionne à la satisfaction du plus grand nombre (Erasmus...) ?

La question est ouverte.


Antoine

Je me souviens des arguments nonistes lors du référendum francais : le TCE, c'était la remise en cause du droit à l'IVG. Le TCE, c'était la fin de la nation. Des millions de sales polaks viendraient piquer leur jobs aux Français. Le TCE, c'était la Turquie dans l'europe, l'islamisation de la France. Ce qui m'a fait le plus mal, à l'époque, c'est de voir une partie de la gauche patauger gaiement dans la boue du populisme xénophobe le plus crasse.

La stratégie a parfaitement fonctionné. Et c'est ce qui est en train de se passer en Iralnde. Rebelote. Le même anti-parlementarisme digne des années 30. Les mêmes épouvantails brandis par les ultra-nationalistes, les aigris de tout poil, les poujadistes, et, surtout, les ultra-libéraux, les vrais, ceux qui veulent que l'UE reste une simple zone de libre-échange, ceux pour qui l'Europe est et doit rester une simple zone douanière. Et une partie de la gauche participe à cette entreprise de destruction. A vomir...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.