« La relance du chantier de l'harmonisation fiscale | Accueil | Nicolas Hulot annonce une initiative en marge des institutions »

20 juin 2008

Commentaires

thierryl

Imputer un texte élaboré et voté par le Parlement Européen à la Présidence Française est Superbe de compréhension du fonctionnement des institutions européennes.
Texte d'ailleurs qui ne sera pas appliqué en France, notre législation étant beaucoup plus souple et humaine que ce que propose le Parlement. Et le Parlement l'autorise...

Sur le reste de votre article, on voit que l'idée globale est un tir groupé contre le Président de la République en grignotant deci delà le maximum d'information dans la presse.

Je ne conteste pas votre haut penchant pour l'éthique de l'information qui s'exprime dans cette méthodologie... ^^
mais faire de l'anti-France de base pour des raisons de politiques intérieures est du meilleur goût, vraiment... ^^

thierryl

Brêve AFP reprise sur le site du Figaro :

Non/Irlande: "rôle des néoconservateurs"
Source : AFP
21/06/2008 | Mise à jour : 14:37 |
.
Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, a dénoncé aujourd'hui à Lyon le "rôle des néo-conservateurs américains" dans la victoire du +non+ irlandais à la ratification du traité de Lisbonne.
"L'Europe reste un combat, l'Europe a des ennemis qui sont puissants et on l'a vu avec le référendum irlandais, qui sont dotés de moyens financiers tout à fait importants, qui viennent non pas d'Europe mais de l'autre côté de l'Atlantique", a affirmé M. Jouyet, qui s'exprimait dans le cadre de la deuxième édition des Etats généraux de l'Europe, à Lyon.
Il a ainsi appelé à avoir "le courage du militantisme européen face à certaines puissances financières".
"Le rôle des néo-conservateurs américains dans le référendum irlandais a été quelque chose de tout à fait important", a souligné M. Jouyet, en ajoutant, sous les applaudissements du public: "quand je vois des socialistes français s'allier, au nom du +non+, à l'extrême droite irlandaise, cela m'interpelle également".

Alors Gus, qui c'est qui vous paye pour déclencher le feu anti-présidence française de l'Europe ? les néo-cons américains ? Vous êtes inscrit au PS ?

Gus

La liberté de ton que je m'offre n'existe que pour les bénévoles, saviez-vous ? Je n'ai en effet pas la malchance d'avoir l'intérêt de la main qui me nourrit en guise d'éthique.

Par ailleurs, qui d'autre que la Présidence française a voulu faire de l'avancée de la politique migratoire de l'Union une priorité, au point d'espérer mieux la vendre en anticipant de confier au Parlement Européen le soin de définir la liste des pays "sûrs" (c'est à dire, celle desquels demander l'asile politique serait vain)

thierryl

C'est une bele escroquerie de rendre la Présidence Française responsable du dernier texte du Parlement, surtout qu'on est très éloigné de notre droit.
Continuez à mentir, plus c'est énorme plus ca donne du relief a ce blog... ^^

Gus

Car bien entendu, le Pape a tort, l'ONU a tort, l'Amérique du Sud a tort, Alain Lipietz a tort, et Sarkozy a raison.

Rassurez-vous : on attend toujours une analyse de cette question par le PS.

Gus

Quelques éléments : déclaration des priorités de la Présidence française :

http://www.euractiv.fr/la-france-et-lue/dossier/priorites-presidence-francaise-union-europeenne-00037

"La Présidence française de l’UE sera placée sous le signe de « l’Europe protection ». L’idée sous-jacente étant de rassurer les citoyens européens, et notamment les Français, par rapport à l’Europe. (Lire EurActiv 09/10/07)"

Première des quatre priorités énoncées :

"L’objectif est tout d’abord de mener une action commune à l’échelon européen pour faire face au choc démographique mondial.

En clair, il s’agit d’élaborer une politique européenne de l’immigration et de revoir les relations UE-Méditerranée, UE-Afrique, UE-Asie, UE-Etats-Unis… tout en assurant la diversité sur le continent européen."

thierryl

Non mais ce qui m'importune, ce n'est pas Sarkozy, c'est la même confusion à quelques jours près, avec la confusion d'Autheuil...
Et que je t'amalgame le Conseil de l'Europe avec l'UE
A présent, c'est l'amalgame d'une présidence tournante (qui est en fait un travail de coordination) de l'Union, avec les travaux du Parlement, travaux qui en plus passent complètement à côté de ce qu'est l'état du droit français.
Contrairement à des pays industriels comme le Japon, la France, ainsi que des pays comme l'Allemagne, s'orientent vers l'immigration choisie.
Cependant, il y a un espace de Schengen, et un contrôle a assurer aux frontières, c'est en effet une des priorités stratégiques de cette Présidence.
Attendez d'abord de voir les propositions françaises, pour juger sur pièces, et ne confondez pas des niveaux d'expressions complètement différent de la politique Européennes.
Comme Autheuil, ce que vous écrivez est au mieux issu d'une ignorance crasse au pire un joli mensonge militant.

En n'ayant aucun esprit critique ou de mesure, on peut très bien en croisant des annonces ou des articles sur Internet, échaffauder des théories du complot et des rumeurs.
Vous imaginez surement ce travail très intellectuel et artistique, moi je pense tout simplement c'est à gerber. Et je ne suis certainement pas le seul

arno

Venez débattre sur mon blog politique http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/
Je vous attend nombreux et nombreuses !!!
Cela vous diriez-il de mettre un lien entre nos 2 blogs même si nous ne sommes pas d'accord sur tout car j'ai n'ai pas d'oeillère, j'attends votre réponse !!! Merci d'avance.

Gus

Pensez-vous réellement que la Présidence française ne va pas mettre à son crédit le passage prochain de la directive ?

Notez bien que je n'ai pas dit un mot sur le fond du texte : je n'ai fait que parler des réactions internationales. Le compte-rendu d'Alain Lipietz indique simplement que le Parlement s'est aligné sur la position du Conseil, à la construction de laquelle la France a très largement contribué.

thierryl

Oui, Alian Lipietz est une figure parfaite de probité et d'objectivité non-militante. ^^

Bon, sans mentir la Présidence Française au moment où vous écrivez votre article n'est pas encore commencée. Le pacte sur l'immigration n'est pas encore proposé.

Maintenant, pour passer cette directive retour dont vous faites vos choux gras, il a fallu avant l'aval du Parlement Européen, l'unanimité au Conseil des Ministres de l'intérieur.

Si vous prenez exemple de cet éditorial d'El Pais, journal très célèbre, positionné à la gauche espagnole (je sais, ici en France, on n'a l'habitude de cacher son appartenance quand on commente la politique)

http://www.elpais.com/articulo/opinion/Europa/izquierda/elpepuopi/20080623elpepiopi_1/Tes

La conclusion de l'éditorial d'El Pais sur la directive retour est double :
1. qu'on se demande au Parlement Européen où a bien pu passer la gauche (elle fut en effet divisée sur le débat et cela se voit avec le nombre d'abstentions)
2. que Zapatero (socialiste !?) en donnant son aval à la directive retour "perd de son contrepoids face aux autres gouvernements européens conservateurs en s'alignant."

Donc vous voyez bien, cher Gus,

a] que la vérité sur le passage de cette directive, doit se trouver dans la manque d'unité et de mobilisation de la gauche européenne. Donc responsabilité ultime du Parlement Européen (mais enfin la démocratie, c'est encore la majorité, non ?)

b] que dans votre pays franco-français vous accusez Sarkozy et qu'en pays espagnol la presse accuse Zapatero.

Cela pourrait être bizarre, en fait c'est un réflexe normal, on utilise et détourne des informations appartenant à l'espace européen pour en remettre une couche sur la politique intérieure.
Bref on transforme l'information pour en faire du pain béni pour l'opposition militante dans chaque pays...
Comme il faut bien casser celle ou celui qui empêche d'aller au pouvoir, qu'il s'appelle dans chaque pays Sarkozy, Merkel, Zapatero, Brown, etc. tous les moyens sont bons, même amalgamer une décision européenne à l'un de ses dirigeants nationaux.

Bon on a bien décrypté à présent, qu'avec vos insinuations dans l'article vous avez bien fait, Gus, votre petit boulot vigilantiste militant.
(Remarquez il y en a qui ont commencé par écrire par devoir des fiches de renseignement "citoyennes" sous Vichy et qui ont fini "Président de le République".)
^^

Gus

Prenez cependant note pour ma défense qu'il m'est arrivé plus souvent qu'à mon tour de dire beaucoup de bien tant de notre Président que de François Fillon.

Et sans vouloir me vanter, je serais curieux de me cité le nom d'un auteur ayant dit autant de bien de la politique de ce gouvernement ces douze derniers mois, même s'il est vrai que je n'hésite pas davantage à faire remarquer quand il me semble suivre une fausse route.

orange

"même amalgamer une décision européenne à l'un de ses dirigeants nationaux".

Une question se pose à moi. Un dirigeant national ne prendrait pas de position concernant un sujet discuté au niveau européen?
Surtout si la directive de 2003 sur le regroupement famillial permet à chaque législation nationale d'adopter des conditions supplémentaires sur ce sujet.
Ce qui en soi permet même d'être inventif dans le domaine, non?
La politique des quotas en France, en dehors du cadre européen, ce ne serait pas notre président actuel, des fois ?


Libre

(Remarquez il y en a qui ont commencé par écrire par devoir des fiches de renseignement "citoyennes" sous Vichy et qui ont fini "Président de le République".)

.....


Godwin Point spotted!! Incroyable ce que cette conclusion à la con peut faire perdre en crédibilité... quand bien même je suis en accord sur quelques points avant ca. Vous devriez y réfléchir au lieu de risquer de vous étouffer avec votre suffisance ;)

Thierry Lhôte

@Libre
Oui, exact, pour la conclusion du commentaires et le point Godwin que je mérite à cet effet.
Je dirais seulement que quand on écrit des commentaires, c'est souvent à chaud, et qu'on n'a pas le recul d'un bac à sable d'une interface de Blog.
Ce qui m'avait énervé dans cet amalgame d'informations :
1. les articles étrangers cités par Gus visaient le Parlement Européen.
2. le fond de la directive retour et son exercice, ne sont pas analysés (bien différent du buzz que l'on déclare autour)
3. Gus fait commencer la Présidence française du conseil des gouvernements 11 jours avant le calendrier officiel
Ce qui continue de m'énerver :
4. Aujourd'hui 1er juillet pas une note dans Publius sur la Présidence Française et son programe annoncé la veille sur France 3.

On n'explique rien dans ce billet, ni le fond, ni les institutions.
Au contraire, l'auteur obscurcit par le titre et la présentation
le fonctionnement des institutions ;
il passe sous silence le fond et le mode d'application de la directive retour du Parlement Européen.
Si ce n'est pas un désastre informationnel pour un blog, ni aussi de la suffisance, qu'est ce d'autre ?

Notez aussi, "Libre", que ce n'est pas le seul Blog "européen" où vous trouverez mépris, suffisance et humour mal placé. Il suffit aussi de lire les billets de "A fistful of Euros" pour tomber dans la même morgue du commentateur européen.

Gus

"4. Aujourd'hui 1er juillet pas une note dans Publius sur la Présidence Française et son programe annoncé la veille sur France 3."

Sur ce point précis, je laisse le boulot de cir^W valorisation du travail de l'équipe Jouyet à celui des co-auteurs qui se dévouera.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.