« Ce que les marchés nous enseignent | Accueil | Dans 2007, il y a 27 »

21 décembre 2006

Commentaires

Régis

"Seul Le Pen s'en sort plutôt bien, mais son engagement pour le non tenait plus du réflexe pavlovien que de la critique de ce texte."

N'importe quoi ! Vous devriez vous renseigner avant d'affirmer des bêtises aussi énormes !

La critique du texte de la part du FN était surtout basée sur l'aspect perte de souveraineté et création d'un nouvel état européen (création du poste de président de l'Europe ou d'un ministre des Affaires étrangères européen).

Le Front national a exposé de façon claire ses griefs face au texte (chercher sur le site internet, vous trouverez l'abondant commentaire du projet de constitution européenne), il n'y était pas opposé juste parce que les autres étaient favorables !

Eolas

Je ne dis qu'il y était opposé parce que les autres y étaient favorables : je dis qu'il y était opposé parce qu'il est opposé à la construction européenne en tant que telle, parce qu'elle implique nécessairement des abandons de souveraineté par le droit dérivé, qui existe depuis 1957.
Dès lors il n'était nul besoin pour le FN de lire ou d'analyser ce traité, qui souffrait du même vice de conception à ses yeux, et qui plus est suivait une voie auquel le FN est opposée depuis sa création.
Président de l'Union européenne (et non de l'Europe) ou ministre des affaires étrangères ou pas.

Alain1

Euh, désolé, mais, je ne pige pas la réponse!
C'est OUI à 56% pour l'UE ou 56% contre?? La copie du texte dessous n'est pas clair!!!

« d’après ce que vous en savez, diriez-vous que vous êtes favorable ou opposé (e) à la Constitution européenne », 56% des Français répondent oui, et à la même question, 59% des Hollandais.

Eolas

Au temps pour moi.
C'est bien sûr 56% des Français sont favorables. La page 32 du rapport cité ne commet pas mon erreur.
Désolé que mon billet n'ait pas été assez clair pour vous.

Strateman

Voici un grain de sel allant à l'opposé de ce sondage, voici mon petit témoignage d'un ancien indécis plutôt partisan du oui qui a tourné au non hier (!) en découvrant les idées d'Etienne Chouard sur cette video :
http://www.dailymotion.com/cluster/news/video/xucoi_debat-la-politique-de-demain
Je me suis ensuite rendu sur son site: http://etienne.chouard.free.fr/Europe/
Puis sur les critiques de ses idées, notamment celle de ce blog :
http://publiusleuropeen.typepad.com/publius/2005/04/etienne_chouard.html
Au final, plutôt partisan du non ... en attendant de changer d'avis en vous lisant ;).
Encore merci de vos contributions à tous les blogeurs faisant avancer le débat.

Laurence

Etienne Chouard, comme je l’ai lu sur un forum c’est la Pénélope des temps modernes : il a passé son temps à détricoter sa pseudo analyse du traité constitutionnel au fur et à mesure qu’on lui démontrait l’absurdité de ses arguments. Il s’était présenté comme professeur de droit et les gens ont lu son texte en croyant qu’il avait une certaine expertise. Je considère que c’est un procédé très malhonnête et cela me choque, quand bien même je sais que c’est le signe de notre époque qui abonde en faux prophètes, et que la crédulité de certains est sans limites.
Si voulez une réfutation complète de ses arguments, vous pouvez aussi en trouver une sur ce site par deux juristes qui ont fait simplement leur boulot d’analyse, sans idéologie ni amalgame foireux, tout simplement par que, eux, savaient de quoi ils parlaient
http://www.eurogersinfo.com/constit/intox16.htm

Joyeux noël!

Combret

Non et toujours non. Ce "traité" défunt quoi qu'il en soit, car on ne peut à certains moments reconnaître la règle de l'unanimité et à d'autres la nier, a trop priviligié l'économie au détriment de l'Europe des hommes. Partisan d'une Europe Fédéraliste je n'ai aucun regret sur le non.
Qui plus est quand je vois à partir d'une situation personnelle précise, la validation du diplôme de médecin et d'anesthésiste de ma femme roumaine le traitement de la situation je ne peux que refuser cette Europe. Se voir proposer après 12 années d'études dont 15 mois au Japon et 10 années de pratique une place d'aide soignante merci pour le mépris.
Enfin jusqu'à quand sera-t-on sur cette approche du marché qui sied tant aux britanniques? Jusqu'à quand acceptera-t-on de les voir refuser toute contrainte (monnaie par exemple, ristourne "thatcher", Irak) sans taper du point sur la table?
Pour la Turquie d'autres processus devraient être mis en avant comme le développement d'Euromed avec le Maghreb, le Proche-Orient, Israël et Palestine, inclus. L'Ukraine, la Moldavie, le Bélarus, l'Azerbaïdjan, la Géorgie, l'Arménie et pourquoi pas la Tchétchénie ou l'Ossétie oui çà c'est l'Europe.
A continuer de vous lire.

RilaX

Haha, je me gausse.
Ca faisait pas mal de temps que je n'etait pas venu, et je tombe sur ca.
Pour rappel, j'ai toujours été farouchement contre ce traité constitutionnel.

Par contre, si quelqu'un m'avait demandé par télephone (ou dans la rue) « d’après ce que vous en savez, diriez-vous que vous êtes favorable ou opposé(e) à la Constitution européenne », j'aurais répondu sans hésiter que je suis pour une constitution européenne !

Mais je le rappel, je suis contre ce torchon qu'on nous a demandé d'avaliser par referendum.
De la valeur des sondages, et de l'importance de la question posé.

bobca

Au fait, petite question légèrement impertinente.. en mai 2007 les représentants du "NON au TCE", qui les représentera donc ?

xavier de sousa

Je vous invite à lire l'interview ci-dessous :

ALERTE "TSUNAMI - TCE" SUR LA FRANCE ET L'EUROPE

Auteur : xavier de sousa


Interview au responsable politique européen Mr. d'Alelio, sur le Traité Constitutionnel Européen et la présidentielle 2007 ...

Vendredi 26 janvier 2007, un séisme politique européen de magnitude élevée a eu comme épicentre la ville de Madrid.
En effet ,les18 pays membres de l'Union Européenne qui ont ratifié le TCE se sont retrouvés autour d'une table ronde, promue par l'Espagne et le Luxembourg, dans le but d'envisager les prochaines actions à mener ensemble pour faire respecter la volonté de leur pays aux autres pays membres de l'UE qui n'ont pas encore ratifié le TCE,in primis, la France et les Pays Bas.
Afin de mieux cerner les enjeux de cette "drôle de journée espagnole", notre blog a demandé l'avis à un responsable politique de la nouvelle génération citoyenne européenne.

Bonjour ,Mr. d'Alelio,vous êtes le Président de "Alliance pour les Etats Unis d'Europe",un jeune groupe politique né en Italie en 1996, lors des élections législatives italiennes de cette même année, pour contribuer, avec le centre gauche, à la défaite de la force politique de Mr. Berlusconi (ce qui fut le cas n.d.r.).

Oui,nous avons été heureux d'avoir pu contribuer, avec notre nouveau groupe politique, à la victoire de Mr. Prodi ,en 1996.Mais notre groupe politique a eu comme première aspiration,celle de pouvoir se développer à un niveau européen afin de stimuler des autres jeunes à faire de la politique à un niveau transnational.

Que pensez-vous de ce qui c'est passé à Madrid, le 29 janvier?

Nous devons interpréter cette réunion comme une forte pression politique faite aux candidats français à l'élection présidentielle, pour qu'ils se remettent "bien gentiment' dans les rangs.
Les français devraient porter leur attention sur le fait que les candidats des principaux partis (PS,UMP,UDF)ont TOUS milité pour le OUI ,lors de la campagne pour le référendum sur le TCE, en 2005 !

Donc, vous voulez dire que les 18 pays du OUI veulent profiter de cette conjoncture favorable pour que le TCE puisse passer, sans tenir compte de l' avis important exprimé par deux pays fondateurs de
l'Union Européenne?

Oui,malheureusement pour les citoyens français et européens.Je dis aussi européens car, au contraire de ce que l'on a voulu faire croire aux français en 2005,un grand nombre de citoyens des pays qui ont ratifié le Traité Constitutionnel Européen, par voie parlementaire,est contraire au TCE.Je peux l'affirmer car je rencontre ,au quotidien ,de par mon activité politique transnationale,les citoyens de plusieurs pays membres de l'UE,à l'inverse de plusieurs politiciens(eurodéputés) de la vieille génération, qui focalisent leur activité uniquement sur leur pays d'origine,sans se préoccuper d'aller sur le terrain,"au delà des frontières nationales".Ce qui s'avère un handicap lorsqu'on se trouve face à une campagne de manipulation médiatique,comme cela a été le cas en 2005.

Avez-vous le sentiment que les citoyens seraient forcés, par un certain pouvoir, à aller de l'avant avec des oeillères?

Je dirais même plus.On voudrait les contraindre à être des fourmis dans une fourmilière ,de surcroît, multipliée par le nombre des Etats membres de l'UE.On voudrait faire croire aux citoyens que leur vie ne dépend que de ce qui se passe dans leur "fourmilière",mais cela est faux !
L'Espagne a fait ratifier le TCE par ses députés ,en un temps record !Les citoyens espagnols n'ont pas eu le temps de comprendre ce qu'il y avait dans le Traité,ni le temps d'en parler avec leurs élus.
Les mêmes conditions se sont répétées en Italie,en Belgique et en Allemagne où un gouvernement, arrivé à la fin de son mandat (celui de Schroeder) ,a fait pression sur le Bundestag afin qu'il ratifie le TCE ,alors que,seulement quelques mois plus tard, les allemands devaient aller voter pour élire un nouveau parlement .

A' vous entendre, on pourrait imaginer le NON français être celui du village gaulois d'Astérix ,dans l'empire romain...

Non,au contraire, le NON français a été la bouée de sauvetage lancée par la France aux citoyens des autres états membres, qui se sentaient totalement impuissants devant cette"machine de guerre" que les lobbies économiques et financières ont mise en marche ,depuis le mois de juin 2003.Je devrais dire, exactement, le 17 juin 2003,lors du sommet des chefs d'Etats au Conseil Européen,à Bruxelles.

Pourquoi ,Mr d'Alelio,tenez-vous à préciser cette date ,dans le contexte du TCE?
A cette date ,les cartes sur table ont changé grâce à un coup forcé fait par la Grande Bretagne.

Que voulez-vous dire?

Le 17 juin 2003, les Chefs d'Etats de l'UE avaient devant eux le travail accompli par les Conventionnels, chapautés par le triumvirat V.J. d'Estaing,JL Dehaene et G.Amato ,c'est à dire le projet définitif de TCE.Dans ce projet ,on n'incluait pas la troisième partie (économique-financière) et dans les articles du TCE ,on envisageait les modifications futures du TCE, par majorité qualifiée.

Mais?

Mais un TCE sans la partie trois aurait voulu dire la fin des potentats économiques et financiers qui prospèrent en Occident ,depuis l'après-guerre,car l'union politique réelle que le TCE envisageait,aurait amené l'Union Européenne à se doter d'une vraie Charte Sociale et avoir une vraie fiscalité européenne( adieu aux paradis fiscaux européens).

Et donc?

Et donc,comme cela se passe depuis 1973,les potentats ont utilisé la Grande Bretagne comme "Cheval de Troie" pour modifier,sur le fond, le TCE.

Et aucun Chef d'Etat n'a réagi à ce jeux de prestige?

Le seul a été le Président de la République Française...

Et les autres , et l'Allemagne?

Aucun autre Chef d'Etat n'a eu la volonté ou la diligence de soutenir le Président de la France.

Et pourquoi?

Nous ne devons pas oublier que la fracture ,que le conflit en Iraq a provoqué dans l'UE ,a risqué de faire imploser l'Union Européenne.
Il ne faut pas oublier qu'au début du conflit,voulu par les Etats-Unis contre l'Irak,parmi les 15 pays Membres de l'UE et les 10 pays qui allaient entrer dans l'UE au 1er mai 2004, 12 Membres ont signé une déclaration de soutien aux Etats-Unis pour l'entrée en guerre contre l'Irak;parmi ceux-ci l'Italie,l'Espagne,le Portugal,la Grande-Bretagne .Ces mêmes pays qui, par la suite,vont soutenir farouchement le TCE ...

En suivant votre pensée,l'Allemagne, qui a été aussi courageuse que la France en prenant position contre le conflit avec l'Iraq,aurait dû soutenir ,par conséquent,le Président français, le 17 juin 2003 et l'aider à contraindre la Grande-Bretagne à ne pas modifier le TCE .

Vous avez raison.Logiquement ,l'Allemagne aurait dû soutenir la France mais, vu que les prochaines élections en Allemagne se présentaient défavorables à la coalition gouvernementale en poste,une autre radicalisation des positions entre Membres de l'UE aurait pu être mal perçue par l'opinion publique allemande,qui a toujours supporté une politique de stabilité.Or,un nouveau durcissement des positions entre les pays Membres de l'UE aurait mis en agitation les citoyens allemands;un risque que le Chancelier d'Allemagne n'a pas voulu prendre .

Pour la réunion de Madrid du 29 janvier,même topo ?

Oui,car, même si l'Allemagne,qui a la Présidence de l'UE pendant le premier semestre 2007, n'était pas présente avec son Chancelier, en Espagne,cette réunion madrilène permettra à la Présidence allemande d'avancer à grande allure,pendant son semestre,vers un projet d'accord favorable aux membres du "Club de Madrid". Le nouveau Chef d'Etat français , dès sa prise de fonction à l'Elysée, devra faire face, à l'occasion de la clôture de la Présidence allemande au mois de juin 2007, lors de la réunion du Conseil Européen à Bruxelles, à la complexité du dossier TCE.

Qu'est-ce que cela signifie?

Simplement que les candidats à la présidentielle française peuvent ,en toute tranquilité, promettre monts et merveilles aux Français, sachant déjà que,par la suite, tout sera réglé ( et annulé)par le TCE. La faute sera mise,comme toujours,sur le dos de l'Europe.
De surcroît,les candidats du PS,UMP et UDF qui ont tous milité pour le OUI au TCE,en 2005,pourraient avoir la tentation de créer une "grande coalition gouvernementale", en juin 2007, après les élections,quel que soit le vainqueur de la présidentielle.Ce serait la meilleure façon,pour eux, d'exorciser le résultat du 29 mai 2005 et d'empêcher,ainsi, toute opposition politique interne ,à l'Assemblée Nationale;la possibilité, pour les futurs Président de la République et Premier Ministre français ,d'être présents au Conseil Européen avec un profil bas,qui favoriserait la tâche de l'Allemagne et du "Club de Madrid" de rétablir le processus de ratification du TCE, antécédent aux référendums français et hollandais;la certitude de pouvoir faire voter la ratification du TCE,cette fois, non pas par les citoyens français,mais par l' Assemblée Nationale ,qui n'aura quasiment plus d'opposition,en cas de "grande coalition" PS-UMP-UDF.
Si je comprends bien,le fait d'avoir dans cette élection présidentielle,comme vous le dites,Mr. d'Alelio,les candidats partisans du OUI au TCE, des principaux partis français, influencerait la position de la France dans l'UE.
Oui,négativement pour la France et les Français,mais aussi,et j'en souligne l'importance,pour tous les citoyens européens républicains et humanistes qui ont toujours considéré l'Hexagone, le pays de référence.Un pays comme la France, qui a voté NON,à sa grande majorité,au TCE,n'a pas eu la possibilité d'avoir comme candidats à la présidentielle 2007, dans les partis majeurs ,un seul des
politiciens qui , avec vigueur,ont défendu le NON au TCE pour le bien des français et de l'Europe.

N'y a-t-il pas d'issue favorable à cette situation ?

Seulement si les Français,dans un grand sursaut républicain, réussissent à emporter le pari de concentrer leur vote sur un seul candidat démocrate, en liste pour la présidentielle,qui a permis aux Français de s'exprimer via le Référendum , en 2005.
Les Français ont toujours su se rassembler dans les moments difficiles de la République ;ils ont toujours su concrétiser les principes humanistes , qui, pour d'autres peuples, n'étaient qu'une utopie.
Que le penchant de certains soit plus à droite qu' à gauche et viceversa,l'important est de voter pour des hommes qui ont, en toute franchise, animé et donné force à la volonté citoyenne, contraire, dans sa majorité, au TCE.

Avez-vous des candidats qui semblent correspondre à vos attentes ?

Oui,un seul,dans un contexte politique et social si confus.

Et qui,peut-on le savoir?

J'estime que pour faire face aux appétits débordants de certains pays membres ,autour de la table européenne,le seul qui puisse accompagner la France et l'Europe, dans cette période de transition,est
Monsieur Jacques Chirac,un vrai homme d'Etat,qui a une carure et une grande expérience internationale,indispensables dans un contexte mondial complexe.

Ne croyez-vous pas d'aller contre-courant ,en proposant Monsieur Chirac ?

Il s'agit d'avoir du bon sens et de sortir des clichés qui veulent l'afficher comme un homme du passé.
Monsieur Chirac est bien plus contemporain que certains quinquagénaires qui voudraient être considérés les démiurges de notre société.

Pour les Compagnons du NON , Xavier de Sousa

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.