« Quelqu'un aurait-il vu la déclaration 30? | Accueil | Jean Pierre sauveur de l'euro »

23 juin 2005

Commentaires

Philippe

@ Beude

Je ne critiquaient pas nos agriculteurs. Au contraire, je disais justement qu'ils étaient plus conscient et plus respectueux de la planète.

C'est d'ailleurs simple à comprendre. Les argriculteurs et éleveurs vivent à côté de leurs exploitations. Il est donc naturel qu'ils y fassent d'avantage attention. Or ce n'est pas le cas des financiers qui gèrent les exploitation brésiliennes at pour qui seul le profit importe.

beude

eviv :

""Une autre politique est possible, basée sur la maîtrise et la répartition des productions, la préférence communautaire, l’instauration de prix rémunérateurs et basée sur l’agriculture paysanne. C’est cette politique dont les européens ont besoin.""

La préférence communautaire ne signifie pas pour moi un égoïsme nationaliste à tendance xénophobe comme elle le semble pour toi. Son pendant c'est également la souveraineté alimentaire pour tout autre pays du monde. En tant que principe, ça n'est évidemment pas possible entièrement mais une politique consciente doit y tendre, à mon avis : chaque région doit, au contraire de la course à la spécialisation, se concentrer sur la diversité de ses produtions traditionnelles pour avant tout nourrir sa population. A mon sens le principe de souverainté alimentaire va de pair avec celui de préférence communautaire : manger ce qui est produit pas loin pour réduire l'impact catastrophique du transport sur la nature et également permettre, à moyen et long terme, aux agricultures extra-européennes de s'affranchir de la dépendance au marché mondial (imposée par l'Occident industriel).

Ca n'a rien, et c'est mon avis et mon sentiment, de nationaliste ni de xénophobe ni d'une tendance au repli. C'est juste conscient et favorable, à moyen terme, à une majorité écrasante de lapopulation mondiale.

Pour moi des tomates en hiver c'est n'importe quoi tout comme manger des pastèques sans pépins (sans pépins pour plaire aux consommateur occidental) importés à moindre coût de très loin et vendu discount pour le bonheur des cons qui se croient en plein progrès.

La préférence communautaire en terme de consommation agricole ne peut se mettre en place sans un plan étalé dans le temps pour permettre aux pays du sud de transiter sans trop de dommage d'un système de complète dépendance à un système tendant vers l'indépendance.

Amoins que tu ne penses que sans nous, le reste du monde ne peut pas se nourrir ? ? ? ?

Philippe

@ Eviv
@ Beude

C'est trop drôle que Beude doive se justifier de pas étre Xéno simplement pcq lui aussi opte pour une production locale et respectueuse des saisons.

100% d'acc avec toi Beude. et t'inquiète, je sais bien que t'es pas Xéno. ;)

Eviv Bulgroz

" la souveraineté alimentaire" est un principe xénophobe. Tout comme la préférence nationale/ecommunautaire. Par nature : s'en remettre à "l'étranger" est dangereux, néfaste

http://egoborone.free.fr/?p=10

Nan c'est de la daube en boite. La seule richesse des plus pauvre est leur agriculture et on leur met bien profond par notre dumping et nos barrières douanières. Va pas te plaindre de la misère dans le monde après.

Ca me rappelle le salon Marjolaine où j'avais suivi une jolie nana il ya qqs années (sans succès sexuel je le confesse)). :-))) Allez pour me finir, scènes de vie quotidienne en France (je me copie/colle, mais fatigue). On me fait souvent rire ces temps çi :

- Une collègue de ma gonze râle. Je ne sais quel autoroute est limité à 110 pour lutter contre je ne sais quel pic de pollution. Ca doit la ralentir considérablement pour aller au taff, hein.. Mais par ailleurs c'est une noniste convaincu militant pour "on produit chez soi", sinon le transport ça pollue, que c'est pas bien. Je fais la leçon sans pb : je n'ai pas de voiture :-)

- Un très bon pote également adepte du "on produit chez soi (sinon on exploite des étrangers, hein)" apprend de ma bouche que la production française d'huile d'olive doit représenter environ 5% de la consommation locale : "pas grave, on se passera d'huile d'olive !!" Bon lui il y a les tunes pour l'acheter à 25 euros le litre. Pas moi.

Je suis plus clair là, ou il faut que j'aille plus loin dans le gauchisme ?

Philippe

@ Eviv

Je pense pas qu'on puisse aller plus loin. T'es champion en insultes et en mépris pour le français ou l'européen en général comme pour la Femme.

Le pire c'est que tu ne te rends même pas compte de ton idiotie. Je dis ceci sans méchanceté.

Eviv Bulgroz

http://optimum.tooblog.fr/?2005/05/25/109-la-phrase-la-plus-stupide-du-jour#co

dsl pour les liens à repet mais fatigue réelle. Et comme les choses sont mieux dite par d'autres.

Philippe

Pour que je sois pas le seul à me moquer, j'en remets une couche sur un traité constitutionnel qui fasse al part belle à une "alimentation saine". :)

esperanza

@ beude:
sur les petites explitations je vois pas l'intérêt de maintenir de petites exploitations. Car la vente directe, la connaissance des terres etc.... peut se faire sur une grande exploitation. Il n'y a pas de problèmes à ce niveau-là. Par contre pour l'entretien de l'espace rural il faudra les inciter(positivement) à l'entretenir

et je suis d'accord avec toi sur le jardinier du dimanche, qui pourrait être le premier à dire que les paysans polluent etc...

Et quand je défends des exploitations plus grandes, c pas des exploitations de 5000 hectares ou plus comme au Brésil, ou en plus la répartition des terres est très inegale(euphémisme)


et c'est vrai que l'agriculture est le seul avantage comparatif ou les pays du Sud peuvent se démarquer.Je rapellerai aussi que la mondialisation a permis aux pays aasiatiques de se développer, également à la Chine. Après on peut dire qu'ils se font exploiter, mais selon nos standards. de m^me on peut espérer que nos arrières enfants trouveront qu'on travaillait vraiment beaucoup, dans des conditions difficiles.

Au niveau du produire localement, cela implique une réelle révolution dans les mentalités.
Comme le dit eviv, il y a une différence entre le discou et la pratique. Par exemple certaines personnes disent que elles consomment bio , oui mais que le dimanche midi....et le pire c une fois au JT ils faisaient une interview dans les rayons pour savoir si ils consommaient bio, et après ils regardaient dans les chariots: trop marrant.
Ou encore un copain qui me disait que le bio c'était bien.Je lui dis que oui et après je lui demande si sa mère en achète: eh bien non. Bon après c pas de sa faute si sa mère en achète et je lui demande donc si il demande à sa mère d'en acheter: eh bien non.
Ou encore un copain qui me demandait ce que mon père faisait et je lui dis donc paysan. Il me demande quelle production et je lui dis porc et lait. Et il me dit "quoi ces machins qui polluent". Bon je résume mais en gros c ça. Et là le truc ou je me marre le plus: est-ce que tes parents achètent du porc bio: non!$
C trop marrant mais après ce ne sont que des exemples mais tout le monde doit en avoir.
Je sais pas votre vie philippe et beude mais est-ce que dans votre vie quotidienne vous essayez autant que faire se peut de mettre en application ce que vous pensez?au niveau des transports, mise en place de système de production électrique individuel etc...

Philippe

@ Esperanza

Ma mémé vient de Vouilly, un petit village Normand. Elle ne m'a jamais parlé du "Bio".

Le "bio", je m'en méfie un petit peu. Je considère le "bio" comme une marque qui permet de vendre plus cher et qui n'est pas 100% irréprochable.

Ma mémé a tujours élevé ses propres oies et poules, elle avait aussi son potager et son verger...

Je conserve un souvenir de ses repas. Actuellement, il est difficile de trouver des produits d'aussi bonne qualité même en payant le prix fort.

Dans tous les cas, même si je ne m'alimente pas directement auprès du producteur, je veille à ne pas bouffer n'importe quoi (mais ce n'est pas toujours évident de faire le tri car la législation n'est pas en faveur du consommateur).

Nade

@Eviv
Laisse tomber.
Serieuc ça sert a rien. Lui demande pas de lire Krugman ou les liens que tu passe , il le fera pas . Il a raison :
Les importation c mal , les exportation c'est bien ( avec quoi on les paye? PFFFF ché pas mais c'est bien ) , produire localement ça suffit , les prix plancher c'est bien , le marché c'est mal , la liberté c'est mal le socialisme nationaliste c'est bien , les pays pauvre c'est mal les pays riche c'est mal ( non , pas de contradiction , non .. j'ai dit NON ! è_é ) , la PAC ne crée pas de surproduction qui cause de pollution non , c'est non agriculteur ils sont beaux il sont mignions. Des fraises a 99 centimes du maroc? j'en veux pas , je veux des fraises a 5 euros , comme ça tout mon budget il passe dans la bouffe mais je suis heureux je consomme local.

Sacré Phillipe , je pensais que y'avais des mec comme toi. Maintenant je sais pourquoi je dois defendre a tout prix la Liberté contre des mecs comme toi.

bibip

@eviv
La confédération paysanne défend une vision paysanne et ça elle n'est pas intéressée par une agriculture trop industrielle. C'est peut être une utopie à l'échelle globale.
On peut supposer qu'il y ait quelque chose de xénophobe dans la souveraineté alimentaire. On peut aussi se demander si les gens ne se posent pas une question du rayon des choses (dans toutes ces échelles qui vont du local au global) et de leur place. On lui dit quoi au paysan français? Laisse tomber ta vie?
La communauté européenne c'est aussi des marchés intérieurs. Dans des circulations de bien sur de grands espaces il y a une influence importante aussi des intermédiaires entre le producteur et le consommateur.

Par ailleurs on peut confronter avec des militantismes pour aider les pays plus pauvres. Je ne sais pas s'il faut faire porter tout le reproche sur le producteur qui ne cherche pas l'ambition énorme.
Je me souviens vaguement d'un article dans un journal qui racontait que dans un pays d'afrique pour préparer un plat traditionnel on achetait des produits alimentaires importés parce qu'ils étaient à l'achat moins cher que les productions locales. Déjà si les producteurs locaux là bas pouvaient écouler leur production je pense que cela serait un mieux pour eux.
Après c'est une question de degrés, on est maximaliste ou non. Mais là il vaut mieux être engagé concrètement avant de trop parler et dire des sottises; et je ne le suis pas dans ce domaine là.
Tout ça pour dire aussi que j'ai un peu l'impression qu'on abuse de la xénophobie avec des raisonnement du type : tu es xénophobe? non? alors tire toi une balle dans la tête (j'exagère le trait, bien sûr).

Si je voulais être provoc, je pourrais demander si la PAC n'est pas une forme d'avantage compétitif produit par la capacité d'organisation des pays européens? De la relativité des définitions.


Philippe

@ Nade

Désolé de te contredire mais j'apprécie la lecture. Particulièrement lorsq'elle touche à l'Histoire ou à l'économie. En outre, j'aime également lire le journal (le NYT est probablement l'un des papiers les plus européens).

Donc c'est régulièrement que je lis des articles signés PRK. Mais tu comprendras bien que ce n'est pas parce que je le lis que j'épouse ses thèses.

Après tout, il faut avouer qu'il a très peu apporté à l'Economie. Il fait partie de ces gens qui prône ne Néo-Keynesianisme... Oui et alors? Ca n'en fait pas une star.

Tout de même, il faut rappeler qu'il n'est pas prix nobel, qu'il n'a pas de statue dans les rues ni même d'écoles à son nom...

Il faut rappeler qu'il était conseiller à ENRON...

Il faut rappeler qu'hormis un rôle mineur sous Reagan, il n'a jamais été rappelé à la maison blanche...

Alors c'est vrai; il est contre Bush... La belle affaire !

Sur le plan économique, on retient la ZIRP (Zero Interest Rate Policy); ce n'est pas ça qui va favoriser l'accès à la propriété à Paris...

On Retient également le Néo-K comme mentionné supra. Benh oui, rien à dire, c'est pas mal. Mais cela ne règle rien au problème de la mondialisation or c'est bien de cela qu'il faudrait s'occuper.

Sur le plan Historique car il est avant tout historien, je retiendrai simplement qu'il constate que "les médias sont toujours à la solde du pouvoir". C'est bien là sa seule prévision exacte. Pour le reste, la chute des tigres asiatiques et de la Chine... On attend toujours. Comme il attendra encore longtemps son prix Nobel. Haha :)

Par contre, avez-vous lu Samuelson? Avez-vous lu Allais? Non, j'imagine que non ! C'est trop compliqué de lire des gens qu'on aime pas... En plus ils sont trop Xénos, trop lepénisants... Si vous le dites !

Au moins, ils sont prix Nobel et ce sont de véritables Economistes.

Philippe

@ bibib

J'apprécie de te lire car tu es mesuré. Tu poses des problèmes concrets et recherches des solutions positives pour l'Europe et équitable pour le ROF (deste du monde).

Souvent, ton bon sens te guide dans la bonne direction. Et je suis stupéfait lorque j'entends les pseudos bien-pensants prétendre que le brave agriculteur/éleveur européen crée la pauvreté des états du sud.

Les Eviv, Nade et autres sont des idéologues butés qui se passionnent pour l'auto-flagellation coupable.
Ils dénigrent à l'extrême ces gens du sud ; comme s'ils étaient incapables de s'en sortir par eux-même. C'est tout simplement insultant.

Nade

Paul Krugman n'a rien laissé? Il est "juste" a l'origine du renouveaux des theorie du commerce international.
Son livre est le bouquin de base de l'etudiant en eco sur le commerce international. Il n'est pas peut etre pas Nobel mais on ne peut pas dire qu'il ne le sera pas un jour. Je m'en fout qu'il soit contre Bush ( meme si moi aussi ). C'est pas ça qu'il me fait aimer ce qu'il dit.
Et puis tu trouvera difficilement un economiste qui soit pour le protectionisme ( surtout parmis les "Nobels" que tu semble tant apprecier: Va demander leurs Avis a Fridman , Barro et consort , on va se marrer. Nan? tu veux pas? Mais c'est des nobels pourtant !
Tss tss tss
Allais? SIiil a ete un bon economiste il est completement " parti en biberine" pour rester poli. Ses idées politiques ont pris le pas sur l'economie.
Ca arrive même a des gens biens. Notre seule nobel d'economie qui part en couille , pas de bol quand même.
Maintenant passe moi ce que tu as sur Samuelson que je lise un peu.Au contraire je lit beaucoup de gend qui n'epouse pas mes thêses, mais pour l'instant aucune ne m'a convaincu. Je reste un salop de Liberal.

"Souvent, ton bon sens te guide dans la bonne direction"
En gros , dans sa direction. Si tu partait dans ma direction , ce serait EVIDAMENT la mauvaise. Sacré Phillipe.



Tu lit le NYT , c'est bien , moi aussi , avec The economist et the Guardians. Whah on est bien avancé.

la mondialisation n'est pas un problème , les exports/imports doivent represente 12 / 15 % de notre PIB ( j'ai pas les chiffres là ) , si on a des problème de chomage , santé , je ne sais quoi d'autre , c'est pas la Faute a : La mondialisation/ les immigrés/ les liberaux. ( pas de mentions inutiles a rayer ).

Au contraire on ne denigre pas les gens des Sud , on veut juste qu'ils ait les même oportunité que nous : Et c'est pas en SUBVENTIONNANT NOS AGRICULTEURS POUR QUE LEUR PRODUITS SOIT COMPETITIF A L'EXPORT QU'ILS Y ARRIVERONT , surtout en afrique ou la majorité de l'economie reste de l'agraire.

Sacré Phillipe.

Philippe

@ Nade
@ Eviv

Je crois qu'un petit cours d'économie s'impose. Ensuite, je vous proposerai un petit cours de politique.

En millieu fermé, la croissance passe par deux choses :

1° La rapidité avec laquelle l'argent change de main (exemple: l'artisan achète des oeufs, le fermier achète des graines, le grossiste achète une nouvelle étagère à l'artisan...). Au plus les échanges sont rapides, au plus la croissance est forte. Vous avez 100 balles en poche et le billet effectue 10 échange dans la journée. Au terme de celle-ci, vous avez (ensemble) effectué des échange pour une richesse totale de 1000 balles.

2° La confiance. Le consommateur confiant réalise un emprunt. Par le mécanisme du multiplicateur monétaire, les banques commerciales conservent en caisse 8% (environ) des dépots et prêtent le solde à d'autres clients... Bref, avec EUR 100, elles peuvent créer près de EUR 1000. Ca c'est l'EPO de la croissance.

Le problème est que quand vous ouvrez les portes de l'Europe aux importations et que la balance commerciale est négative, vous cassez la machine.

Le libéralisme est formidable mais il ne peut se concevoir que dans la mesure ou les économies des pays en compétition sont semblables. Lorsque ce n'est pas le cas, l'argent ne revient plus. Si la chine connait une croissance officielle de 8-9% l'an (en réalité, c'est près de 15% l'an depuis 2000 - mais chuuut, faut pas le dire), c'est bien entendu parceque sa balance commerciale est largement positive et que cela profite en plein à la demande locale. Elle profite également en plein des investissement des délocalisation et du pouvoir d'achat des nouveaux employés/ouvriers. (Shanghai, c'est 4000 nouvelles tours crées ces 8 dernières années - je vais mettre des photos en ligne car quand vous parlé des pays pauvres, faudrait savoir de quoi on parle).

Quand vous permettez à la chine de nous envahir et de casser nos industries, quand vous permettez au Brésil de nous envahir et de casser notre agriculture, vous générez ipso-facto une catastrophe social et économique qui n'est pas viable à terme.

La Chine et le Brésil seront depuis toujours et pour toujours plus compétitifs que nous. Croyez-vous que nous allons pouvoir nous offrir le luxe longtemps de financer nos chômeurs et de payer nos importations sans toucher à nos salaires, à notre sécu et à tout le reste?

Nous sommes déjà en crise; qu'en sera-t-il dans 5 ans ou pire encore dans 10?

Bien entendu, il faudrait acheter à l'extérieur de l'Union, s'il nous était impossible de produire nous mêmes... Mais nous avons 25.000.000 de chômeurs en Europe (la France c'est 23.500.000 d'actifs).

Alors quoi? Que comptez-vous faire des agriculteurs quand ils n'ont plus de jobs? Que comptez-vous faire quand les épiciers ou boulangers des villages fermeront? Que ferez-vous quand les postes (libéralisées) fermeront elles aussi. Quand les communes seront en faillite...

Vous proposez la création de nouveaux HLM et d'un nouvel RER (Keynes sera heureux au moins)?

Quand on se permet de mettre des gens au tapis, il faut au minimum proposer une relocation alors j'attends vos propositions !

Philippe

@ Nade

Si tu fais le commerce International, je comprends que tu sois pour la mondialisation.

Mais tu dois admettre que tout n'est pas rose. T'as lu Sklair qui est écrit bcp sur la mondialisation des échanges?

Il y a deux semaines, une economiste africaine poussait un cri d'alarme sur CNN. Tu sais qu'entre l'Europe et la Chine, elle préfère de loin l'Europe. Car la Chine est en train de ruiner le peu qu'il y avait encore d'"industries" en Afrique.

Puis je n'ai jamais dit que j'étais pour l'exportation subventionnée des productions agricoles européennes. C'est évident que c'est là aussi criminel.

Pour des papiers de Samuelson, faut que je cherche un peu mais en gros, il démontre pourquoi on ne peut considérer sa propre thèse des "avantages comparatifs" dans la mondialisation avec les nouveaux ensembles.

Je t'invite à livre un bouquin que j'ai adoré d'Eric Izraelewicz "Quand la Chine change le Monde", Grasset. C'est un peu moins de 300 pages - EUR 18,50.

C'est un essai rigoureux et balancé. Tu l'apprécieras autant que moi même si notre vision est différente.

Philippe

@ tous

Qui a entendu le ministre des fnances justifier ce soir en grande pompe que notre récession est le résultat du prix trop élevé du pétrole?

Breton, Roi des cxx. :)

Je parie que comme d'hab, pas un journaliste ne va lui demander pourquoi cette hausse des prix casserait notre croissance alors qu'en chine (où comparativement, cette hausse pèse d'avantage encore sur les prix de production) la croissance sera encore plus forte que dans le passé...

Sacrés journalistes ;)

Philippe

@ Nade

Pour Samuelson, voici ce qu'il disait en septembre dernier :

For decades, the orthodox view on free trade has been strong and simple: countries do what they do best, and everyone ends up a winner. But now, an economist who literally wrote the book on economics is demanding a rethink.

Nobel Prize-winning economist Paul Samuelson is challenging conventional "win-win" assumptions about free trade. The low-wage, high-innovation economies of China and India, he says, demand a second look. Americans may be losing big and Samuelson is out to set the record straight.


Interview complète ici : http://www.onpointradio.org/shows/2004/09/20040927_b_main.asp

Eviv Bulgroz

C'est gonflant. Personne ne veut la disparition des agriculteurs français, juste que le commerce soit plus juste, moins spoliateur pour le reste de la planète. Et que les tunes qu'ont perd là dedans servent à quelque chose d'efficace

Alors ça demande une période d'adaptation, des changements profonds. mais là tous ces excédants qui ne servent à rien... franchement.

Limon Daniel

A propos de la Confédération Paysanne cette organisation refuse toute participation au COPA/COGECA contrairement a son homologue Espagnol la COAG
Or le COPA a un rôle consultatif important dans l'élaboration des Directives Règlements et de la PAC ...
La Conf a force être dans un autre monde est absente ce qui est lamentable pour une organisation syndicale représentative

: http://www.cogeca.be/fr/copa_objectifs.asp

A sa création, le COPA (Comité des organisations professionnelles agricoles) comptait 13 organisations membres pour les six États membres d’alors. Le COPA compte aujourd’hui 53 organisations membres des 25 pays de l’Union européenne, 5 organisations associées de Bulgarie et de Roumanie et 7 organisations partenaires d’Islande, de Norvège, de Suisse et de Turquie.

Le Traité n’a pas défini les relations entre les autorités communautaires et les représentants du secteur agricole. Mais la Commission a rapidement manifesté le souhait d'une coopération étroite avec les représentants des organisations agricoles et les a invités à participer à titre d'observateurs à la Conférence de Stresa en 1958.

Philippe

@ Limon Daniel

Aux regards des résultats des deux derniers referenda populaires, est-ce la confédération Paysanne ou l'élaboration de la Pac qui est "dans un autre monde"?

Eviv Bulgroz

Me semble souvienir aussi que la conf était plutot contre l'AOC feta. Et ça c'est vraiment au dela du lamentable :-)))))
En plus je ne plaisante pas vraiment.

Limon

Pascal Lamy, membre de la Commission européenne déclare: La logique de la libéralisation ne peut etre
appliquée telle quelle au secteur de l'agriculture, du moins dans la mesure où celle-ci ne peut etre
considérée exclusivement comme une activité commerciale, En effet, ce secteur remplit toute une série
d'autres objectifs au plan de l'environnement, de l'entretien de l'espace naturel, des pratiques agricoles, de
la qualité des aliments et de la disponibilité des aliments-,

Voir le dossier Les subventions à l'exportation de l'UE et leur impact sur les pays en développement: ne pas perdre de vue les véritables priorités
http://www.cogeca.be/fr/dossiers.asp

Extraits

La politique agricole et la mondialisation... le marché lorsque c'est possible, la
politique lorsque c'est nécessaire»
(3)
D'ailleurs,ce débat ne porte pas sur les subventions à l'exportation. Nous sommes partisans du
déploiement d'une politique agricole solide et durable et qui puisse faire face à la mondialisation. Il y va de
l'intérêt des agriculteurs du Nord et du Sud et de celui des consommateurs.
Les agriculteurs [position COPA ]sont partisans de marchés sains, et d'une concurrence loyale.

romain blachier

La conf' n'est pas volontairement absente et je n'ai rien contre le mouvement social mais j'ai parlé de deux organisations qui avaient violemment manifesté contre, ce qui n'est pas le cas de la CP...
Je n'ai pas non plus cité la coordination rurale, ni le CNJA...

Pour le reste la PAC va dans les 60% à la seule France (je n'avais pas cet élément, qui m'a été fourni tout à l'heure par l'assistant parlementaire de la députée européenne Martine Roure.)

Celà explique l'envie des britanniques, des suédois et autres de changer la PAC.

Quant au concept de souveraineté alimentaire est interessant pour certains domaines, notamment pour les pays du sud soumis à des problémes liés à une parfois trop grande culture non-alimentaire pour l'export.
Mais il sous-entend surtout une logique protectionniste et un refus de l'échange...

Un agriculteur de la conf', producteur de jus de fruits dans la région lyonnaise, me disait avoir été scandalisé par l'apparition des vaches Holstein, pourtant bien plus grandes productrices de viandes et de lait, bien nécessaires aprés guerre, date de l'introduction de cette espéce...
Pour lui il était scandaleux de l'avoir introduite en France car c'était une espéce...américaine.


Eviv Bulgroz

@romain

"Quant au concept de souveraineté alimentaire est interessant pour certains domaines, notamment pour les pays du sud soumis à des problémes liés à une parfois trop grande culture non-alimentaire pour l'export."

Un exemple ? Y a t'il malnutrition en conséquence des eportations ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.