« Polémiques agricoles communes | Accueil | Contraste »

29 juin 2005

Commentaires

fredouil

je me souviens d'un sketch hilarant des gignols a propos de notre JPC :

avec comme conclusion "lorsqu'un cerveau manque d'oxygne il devient de droite"

je suis un mechant ultra-liberal, mais cela m'a bien fait rire.

il me semble que la BCE a une mission se rapportant a la croissance et pas seulement a la lutte contre l'inflation, mais je ne suis pas specialiste. sinon le niveau independance et d'irresponsabilite de la BCE me choque tout de meme un peu ( Greenspan fait de tres frequente visite a bush et injecte souvent pas mal d'huile/ liquidite dans le systeme ;-) ), democrate que je suis, meme si je suis heureux que nos incompetents de politiciens ne soient pas aux manettes.

mais bon la BCE, est vraiment le cadet de nos soucis et est vraiment pas responsable des 30 minables que l'on vient de subir, nos politiciens (dont ce guignol), font vraiment tout pour echapper a leur responsabilite.

Philippe

"Je me pose une question, à la première lecture de cet article. Quand on a fait l'ENA (promotion Stendhal), qu'on a été conseiller commercial au ministère des finances, puis député pendant 24 ans, 4 fois ministre, on n'est pas en présence d'une élite, puisque Jean-Pierre Chevènement se met clairement dans le camp d'en face."

Il me semble que t'y trouveras la réponse ici :
"Le rejet de la Constitution marque l'échec d'une méthode qui, au nom d'un souverain bien européen connu d'une seule minorité éclairée, permettait de placer les peuples devant des faits successivement accomplis : union économique, union monétaire, union politique, etc. Bref, c'est la revanche de la méthode républicaine qui met le débat en amont de la décision sur la méthode de l'acquiescement, dite encore du «consensus»."

L'élite ou la pseudo-élite, c'est celle qui place le peuple devant un résultat présenté comme celui étant le meilleur et le seul possible.

Bien entendu, les élites, les vraies, ne sont plus en Europe depuis un moment. L'Europe a le cancer, l'Europe a la temblante. L'Europe succombe sous le potentat des 68ards décadants !

Cette génération et celle juste avant a vécu sur le matelas des anciens at sur les dettes qu'elle a contracté pour les générations futures.

Eolas

Le fait qu'une banque soit indépendante ne veut pas dire qu'elle doit ignorer l'existence des autorités politiques. Le dialogue est naturel, mais l'indépendance prive l'autorité politique de tout moyen de pression sur la banque (genre "remontez/baissez les taux d'intérêts ou je vous vire").

Eolas

Philippe : l'Union politique et l'Union économique ont été soumis au peuple par la voie du référendum en 1992. Dois je comprendre que le non était alors la meilleure et la seule réponse possible ?

Philippe

@ Eolas

Personne ne remet en cause les votes de 92. Ce qui estmis en cause c'est le "jem'enfoutisme" des dirigeants.

La turquie, le chômage, l'inflation, la balance commerciale, la balance des investissements, la sécu, l'enseignement, les OGM, la pollution, le sang contaminé, le "bugaled Brèze", le plombier polonais (thèse évoquée par le OUI - jamais par le NON !!!).

fredouil

@eloas,


franchement il y a tout de meme une enorme difference entre l'europe que j'ai vote et que l'on ma promis en 92 et celle de maintenant sans parler du machin avec la Turquie : un grand marche, sans identite europeenne, ou ma voix comptera (en faite compterai car j'aurai heureusement la nationalite australienne d'ici la) pour du beurre, sans controle sur mes loi et mon portefeuil.

Krysztoff

@ Eolas

Pour répondre partiellement à ta première interrogation:
- primo: qu'est qui empêche, quand bien même on appartiendrait à un groupe quelconque, en l'occurence une pseudo-élite, d'en critiquer le fonctionnement? Voilà qui est un raisonnement bien étroit quand on se veut libéral :-) La première liberté n'est-elle pas la liberté absolue de conscience :-). Garder son esprit critique, y compris contre son propre "groupe social" n'est-ce pas la meilleure preuve d'un esprit libre?
- secundo, JPC, alors même qu'il était encore à l'ENA me semble t-il, a publié sous le nom de Jean Mandrin, un pamphlet contre ce qu'il a appelé l'énarchie, et intitulé "L'Enarchie ou les mandarins de la société bourgeoise".

all

On a le droit de mettre en libre accès une archive payante ? Que va dire le Figaro ?

margit

« M. Trichet ne semble pas s'aviser que la zone euro connaît depuis 2001 une stagnation économique prolongée. »

Zone euro :
PIB/tête :
Autriche : 27070
Belgique : 26310
Finlande : 25650
France : 24760

Chômage :
Autriche : 4,60 %
Belgique : 8 %
Finlande : 8,70 %
France : 10,20 %

Zone hors euro :
PIB/tête :
Danemark : 27240
Roy-Uni : 26770
Suède : 25 920

Chômage :
Danemark : 5,90 %
Roy-Uni : 2,70 %
Suède : 6,30 %

http://www.valeursactuelles.com/magazine/monde/visu_monde.php?num=3576&position=0&nb=2&affiche=precedent

« Le moment est donc venu pour les gouvernements, et d'abord les Douze de la zone euro, de prendre les problèmes à bras le corps. »

Ce ne sont pas les douze de la zone euro qui doivent prendre les problèmes à bras le corps !

Tant que la France n’arrivera pas à bout de tous ses vieux mammouths qui hantent son paysage depuis trop longtemps …

Philippe

@ Margit

T'es à côté de la plaque. Bien que ces mammouth sont inutiles et nuisible à la productivité française (et même parfois à la volonter d'entreprendre sur le téritoire), ils ne sont nullement responsables de la faiblesse actuelle de notre économie.

Les seuls responsables sont la faiblesse de la balance cormmerciale et des investissements.

C'est aussi l'afflux des africains et autres réfugiés économiques. (Pour les psychopathes; c'est pas du racisme!)

fredouil

@ philippe

je ne te suis pas franchement sur ces points, le fdi francais est plut haut et l'investissement est franchement tres correct.

quand a la balance commercial, l'exemple US montre bien que l'on en a pas grand chose a foutre tant que l'on produit des biens a haute valeur ajoute et de l'emploi, en france il n'y a plus que tres peu de recherche, d'innovation et de production alors il ne faut pas trop rever, les adeptes de Ricardo nous laissent le tourisme en avantage comparatif.

la faute est plus profonde, la paresse et l'irresponsabilite suite a 68 me semble plus coupable, les politiques assez minables des 30 dernieres annees n'ont fait que suivre la vague de la societe et user le capital accumule par les 30 glorieuses.

l'immigration, car a contre temps et a faible valeur ajoute, n'a pas arrange les choses mais compte pour peanuts dans le probleme.

il faut relancer le travail, l'innovation, l'optimisme et ca si je savais comment faire je me presenterai aux elections ;-).

il nous faudrai une bonne guerre pour remettre les choses a plat et reconstruire

versac

Philippe : " la faiblesse de la balance cormmerciale et des investissements."
Vraiment ? Je croyais qu'on sortait d'années d'excédent commercial...
"l'afflux des africains et autres réfugiés économiques" Avez-vous quelques données pour soutenir ce discours ?

Pour ce que j'en sais, la dernière fois que nous avons accueilli en masse des réfugiés, soit après la fin de la guerre d'Algérie, tout le monde criait à la hausse du chômage. Ce ne fut pas le cas. POuvez-vous expliquer un tel phénomène ?

Krysztoff : dire que les élites sont connes et loin du peuple est facile. Trouver une solution effective est plus complexe, et celles de JPC me paraissent pour le miins inefficaces. D'autant qu'elles s'appuient sur de la mauvaise foi érigée en vérité (du type "Observons au passage que le non français et néerlandais a permis d'obtenir une légère dévaluation de 10 cents de l'euro par rapport au cours antérieur du dollar, soit environ 8%, ce qui est encore très insuffisant mais mieux que rien.", ce qui est ridicule).

Et puis, il faut arrêter avec ce discours, à chaque fois du "c'est facile", "c'est très simple". Il faut nous garder autant des technocrates que des berceurs d'illusions passéistes !
Oui, une partie de nos gouvernants perd pied avec le peuple. Non, la solution n'est pas dans les fadaises simplistes de M. Chevènement !


Philippe

@ Fred

100% d'accord avec ta dernière solution. Et on prend exemple avec les ricains. On envoit nos beurres en prems puis quand il n'y en a plus, on fait la paix.
Puis on lance une politique de natalité.

Eolas

@ all : Rien. L'auteur de l'article est JPC. Seul lui peut s'opposer à la reprise in extenso de son article. Mais comme le but de cet écrit est d'être lu, et non la rémunération de son auteur, je pense qu'il sera au contraire fort aise d'avoir encore plus de lecteurs. Quitte à se faire critiquer sur la fin (et défendre par Kryzstoff).

margit

@ Philippe
« Les vieux mammouths … ils ne sont nullement responsables de la faiblesse actuelle de notre économie. »

Si, pour moi ils sont responsables parce qu’ils freinent depuis trop longtemps toutes les reformes nécessaires pour adapter l’économie française à l’évolution du monde !

Eh oui, la planète est devenue bien petite, c’est une évolution irréversible, et il faudra bien vous y habituer…ou aller cultiver vos choux au fin fond de la cambrousse française ou belge…faire l’autruche …essayer de bâtir votre forteresse enbarbelée…

Je suis ravie du monde multicolore qui nous entoure. Heureusement il y a des « élites » européennes qui voient plus loin que le bout de leur petit près carré national ou européen des Douze.

Simon

J'adore vous entendre parler de réformes indispensables cher Margit. Les promoteurs de ce genre de propos sont toujours prompts à jeter à la gueule de quiconque ose remettre en doute le bienfondé de ces "réformes" les conditions de vie des chômeurs et précaires actuels (ce qui est il est vrai fort à propos).
Cependant, vous n'avez aucunement la certitude que cela fonctionnerait. Et j'aimerais bien vous entendre sur l'évolution des condition de travail de ceux qui ont encore un emploi (c a d 90% environ des actifs - les inavouables mais inévitables bidonnages statistiques). Allez y, démontrez moi que la flexibilité sera bonne pour les employés ...
En attendant, un sociologue américain a montré les effet néfaste de la flexibilité sur la construction personnelle de chacun (Travail sans qualité, je ne me rappelle plus l'auteur).

Eviv Bulgroz

@simon

Ca c'est de l'argumentation détaillée :-). Ca sert à rien de se faire peur avec des mots. Flexible ça veut dire quoi ? Je suis sincèrement un peu perdu.

- annualisation du temps de travail ?

- changement de poste en fonction des besoins ?

- perte du travail en cas cessation d'activité ? Mais ça c'est déjà le cas, non ? Sans doute plus particulièrement concentré sur les CDD, faudrait voir les stats.

Mais à aucun moment ça ne signifie abolition du social, école privatisé, médecine pour les riches, plus d'allocations pour les pauvres.

Le système fonctionne mal, très mal. Il n'y a là aussi jamais eu d'âge d'or où que c'était le monde joyeux des bisounours. Faut voir comment améliorer la chose. Ce n'est pas la peine d'avoir des préjugés à tout bout de champ.

Profitez de ce système à bout de souffle pour essayer de faire avancer vos idées de justice. Proposez quelque chose. Ah oui : pendons haut et court le patronnât et piquons tout le pognon dans la poche des riches. J'ai rien contre (enfin si) mais le principal pb est que ça ne marche pas.

Simon

Bon, OK, je dévelloppe. Flexibilté signifie :
- plus de facilité à licencier
- annualisation du temps de travail et adaptabilité rapide des horaires (du style je te dis demains qu'à partir d'après demain, c'est 10h par jour de nuit pendant 2 semaines, puis je te fous en vacances d'office (en forçant le trait)
- CDD systématique
- temps partiel subit
- ...
Je rappelle que la définition du temps de travail a subit une regression continue depuis plusieurs année (exemple : temps de travail équivalent : 12 heures de présence = 8 heures, parce que quand on fait la plonge dans un resto, on se repose entre les assiettes (le pire, c'est que c'est l'argument)).

"Ce n'est pas la peine d'avoir des préjugés à tout bout de champ."
Si je dévelloppe des préjugés, ils n'arriveront jamais à surclasser ceux qui dirige l'opposition systématique à chacun de mes arguments.

Exemple : "Mais à aucun moment ça ne signifie abolition du social, école privatisé, médecine pour les riches, plus d'allocations pour les pauvres."
Ai-je dit cela ?? Ai-je fait le lien dans mon précédant post, ou dans un autre ??

"Le système fonctionne mal, très mal. Il n'y a là aussi jamais eu d'âge d'or où que c'était le monde joyeux des bisounours. Faut voir comment améliorer la chose."
L'autre aussi. Il y a juste une chose : le mal combattu en dit long sur les valeurs défendues. Pour certains, le mal, c'est l'inactivité. Pour d'autres, la pauvreté.

"Profitez de ce système à bout de souffle pour essayer de faire avancer vos idées de justice."
Une véritable application des 35 heures (je suis plutôt pour les 32 heures, mais là, j'y crois pas trop), véritablement contraignantes (contrairement aux lois Aubry). Je lance en vrac : conditionnalité des subvention (et remboursement en cas de non respect contractuel), réforme de l'enseignement supérieur : agglomération des petites structures inutiles telles que les 1 267 246 321 781 écoles (qui d'ingénieurs, qui de commerce ...), dont les structures de recherches éparpillées ne servent à rien étant trop petites, réforme des institution : augmentation des pouvoirs du Parlement avec un véritable pouvoir d'investigation budgétaire, réforme des impôt avec suppression de la taxe d'habitation (et si nous prenions exemple sur l'impôt américains sur les sociétés, j'en connais qui pleurerais ...) ...

esperanza

"la faute est plus profonde, la paresse et l'irresponsabilite suite a 68 me semble plus coupable, les politiques assez minables des 30 dernieres annees n'ont fait que suivre la vague de la societe et user le capital accumule par les 30 glorieuses."

La paresse responsable de la crise entre autres?Faudra qu'on m'explique....

@ philippe:
oh sacrés étranger noirs ils nous piquent le boulot!Je ne comprends pas cette réthorique.
Quant à la faiblesse des investissements je crois qu'on est plutôt bien placé, 2ème en Europe. La France est même devenu le deuxième pays pour la facilité de créer, juste après les EU(ouest france d'auj). Et pour la balance commerciale on souffre effectivement d'une spécialisation pas optimum, mais le commerce avec les restes du monde(y compris europe) c 25% du PIB.
Je vous rassure la fin du monde n'est pas pour demain

@ fredouil:
tu dis que la BCE est le cadet de tes soucis mais la politique monétaire est quand même importante, très important dans la stratédie pour la croissance.
Mais le mandat de la BCE c bien maintenir la stabilité des prix à 2% alors qu'aux EU greenspan est jugé surla croissance. Là je rejoins JPC sur une réforme des statuts de la BCE, par contre je ne remets pas en cause l'indépendance de la BCE

margit

@ Simon
Flexibilité ?
Je ne vois pas le rapport avec mon post…
Néanmoins :
Mes enfants ont appris à s’adapter. L’un comme l’autre (26 et 28 ans) travaillent pour des petites entreprises internationales. Officiellement aux 35 heures, officieusement on ne compte pas, s’il faut faire 39, 45, voir 50 heures pour satisfaire un client, on le fait. S’il faut intervenir le dimanche, on le fait. Les vacances sont prises selon le calendrier des commandes. La vie de l’entreprise en dépend et de ce fait leur job…
Il est certain que l’éducation qu’ils ont reçue et l'exemple de leurs parents leur a fait comprendre qu’il faut bouger, travailler, s’adapter, ne pas trop compter sur l’aide et l’assistance, être ouverts et flexibles, travailler avec toutes les nationalités sans préjugés etc. etc. etc.
Où est le mal ?

@ fredouil
« la faute est plus profonde, la paresse et l'irresponsabilité suite a 68 me semble plus coupable, les politiques assez minables des 30 dernières années n'ont fait que suivre la vague de la société et user le capital accumule par les 30 glorieuses…
il faut relancer le travail, l'innovation, l'optimisme »

Voir ci-dessus ! Entièrement d’accord avec vous.

Simon

@Margit
"Flexibilité ?
Je ne vois pas le rapport avec mon post…"
J'ai parlé des "réformes nécessaires" dont la flexibilité est, pour certaines personnes de droite en tt cas.

"L’un comme l’autre (26 et 28 ans) travaillent pour des petites entreprises internationales. Officiellement aux 35 heures, officieusement on ne compte pas, s’il faut faire 39, 45, voir 50 heures pour satisfaire un client, on le fait. S’il faut intervenir le dimanche, on le fait. Les vacances sont prises selon le calendrier des commandes. La vie de l’entreprise en dépend et de ce fait leur job…
Il est certain que l’éducation qu’ils ont reçue et l'exemple de leurs parents leur a fait comprendre qu’il faut bouger, travailler, s’adapter, ne pas trop compter sur l’aide et l’assistance, être ouverts et flexibles, travailler avec toutes les nationalités sans préjugés etc. etc. etc.
Où est le mal ? "

Personnellement, j'ai vu ma mère faire plus de 50 heures par semaine dans une boite qu'elle a fait a peu près survivre seule (seule employée en CDI à pleins temps + une vendeuse à temps partiel (souvent une étudiante) et un patron trop occupé par d'autres activités professionnelles) se faire virer comme une malpropre. Alors, personnellement, j'emmerde le patronat, mon futur employeur et le "travailler plus pour gagner plus". Mon but dans la vie n'est pas et ne sera jamais bosser, c'est juste un moyen de gagner de la tune, pour vivre le mieux possible. Je rêve plus de promenade en forêt que de contrat mirobolant. Ou est le mal ??

esperanza

@ margit:
tant mieux pour vous et/ou vos enfants si vous voulez travailler 40 ou 50 heures par mois mais je ne crois pas que ce soit l'envie des citoyens. Après si vous voulez travailler plus, c votre droit.
Quand on parle des effets néfastes de la flexivilité c par exemple des caissières au SMIC à 20h par mois. Les temps partiels subis veulent travailler plus mais ils ne peuvent pas.
effectivement il n efaut pas se dire je vais vivre toute ma vie de l'assistance mais si votre fils connait le chômage il sera bien content de bénéficier de la solidarité collective mais pitet que son bagage culturel lui permet de ne pas avoir trop de craintes à ce sujet.

Sinon expliquez moi en quoi la supposée paresse est responsable de la crise, sachant que la France a une de productivités horaires les plus élevées du monde, qu'il n'y a qu'environ 30 j de grève pour 1000 employés du privé, contre 40 aux EU.
Mais pitet que pour vous les 35h s'apparente à de la paresse?

margit

@ Simon
« Mon but dans la vie n'est pas et ne sera jamais bosser, c'est juste un moyen de gagner de la tune, pour vivre le mieux possible. Je rêve plus de promenade en forêt que de contrat mirobolant. Ou est le mal ?? »

On peut rêver et réaliser les deux et gagner de la « tune » par la même occasion et en plus aider l'économie de sont pays !
Le « mal » serait d’attendre que ceux qui se décarcassent soient obligés à vous « entretenir »
:-))))))))) pendant que vous vous promenez en forêt...

Philippe

@ Esperanza

Vous votre intro sur les noirs, elle n'est pas de moi.

Pour la balance commerciale avec la Chine, les chiffres sont difficilement trouvables en plus ils sont truqués. Comme la croissance chinoise qui n'est pas à 7-9% l'an mais à 13-15% l'an depuis 2001.

En ce qui concerne la balance des investissements : L'UE c'est 35 Giga IN et 650 Giga OUT !

Et enfin, si tout allait si bien, pourquoi serait-on en crise? Pourquoi la pauvreté monterait-elle en flèche? Pourquoi les indemnité de chômage ne sont-elles même pas alignées sur l'inflation?

Si globalement la france a tenu ces dernières années, c'est grâce à la révolution technologique et grâce à la vente des actifs du peuple français. Mais maintenant, il faut revoir le pacte de stabilité car partout en Europe, on ne sait plus quoi vendre. On est en récession, c'est tout. Peut-être que pour cette année encore on pourra faire un peu de window-dressing mais ce sera bien la dernière fois.

margit

@ esperanza
« la France a une de productivités horaires les plus élevées du monde »

Encore heureux que les français travaillent plus efficacement que beaucoup d’autres. Sinon on aurait déjà plongé pour de bon depuis longtemps.

Oui, les 35 heures étaient totalement contre indiquées au moment où nous avons à affronter la concurrence mondiale. Vous pouvez toujours préconiser de passer aux 32 heures et pleurer ensuite que les entreprises délocalisent, que votre patron met les clés sous la porte parce qu’il n’est plus compétitif.

« Durée du travail
Les Suisses travaillent beaucoup, en moyenne 42 heures par semaine. Le personnel à temps plein n'a droit qu'à 20 jours ouvrables de congés annuels. Les jours fériés officiels varient d'un canton à l'autre, mais il y en a généralement 8 à 9. En 1985 lors d'une votation populaire, les Suisses ont rejeté une prolongation générale des congés de 4 à 5 semaines par année, et en 2002, ils ont voté contre l'introduction de la semaine de 36 heures. Les grèves et l'absentéisme au travail sont rares. »

Qui a raison ? Les français ou les suisses ?
Faut-il travailler davantage pour que notre économie soit forte ? Je le pense très sincèrement !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.